Entre les Booth et les Blair, on ne s'ennuie jamais. On se souvient des propos volés de Cherie, l'épouse de l'ex-premier ministre britannique Tony Blair, au Congrès annuel du Parti travailliste en septembre 2006. Elle avait traité Gordon Brown de menteur, mettant son mari dans le plus grand embarras. Aujourd'hui, c'est Lauren Booth, sœur de Cherie, qui se charge de mettre du piment dans le quotidien des relations familiales. Le 23 août dernier, elle était à bord d'un des deux bateaux («Liberty» et «Free Gaza») qui ont rompu le blocus de Gaza imposé par Israël après la prise de pouvoir du Hamas en janvier 2007.

Activiste de droits de l'homme, Lauren Booth s'intéresse de fait à la même région que son beau-frère Tony. Elle s'y intéresse peut-être même un peu trop. Les autorités israéliennes, mais aussi égyptiennes, l'empêchent pour l'heure de quitter la bande de Gaza. A la BBC, elle montre qu'elle prend la chose du bon côté: «Merci à Israël de me donner la fantastique chance d'expérimenter le fait d'être enfermée dans ce qui est le plus grand camp d'internement du monde.» A la tête du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, Russie et ONU) depuis deux ans, Tony Blair est pour l'heure resté très discret. Sa belle-sœur lui donne une chance unique de sauver son très maigre bilan: la libérer de Gaza.