Il faudra attendre le 1er juillet 2009 pour que les tarifs entrent en vigueur, mais une nouvelle étape a été franchie. Jeudi dernier, les ministres européens des télécoms ont avalisé les prix maximaux exigés des opérateurs de téléphonie mobile – le Parlement doit encore se prononcer début 2009. Au programme: le SMS en itinérance (roaming) à maximum 11 centimes d'euro et un plafond de 1 euro par mégaoctet téléchargé. Soit environ 1,60 franc. Mais en fait davantage, puisqu'il ne s'agit que de prix de gros. Libre aux opérateurs de facturer davantage…

Si 2 à 3 franc par mégaoctet semblent beaucoup, regardons la situation actuelle. Les malheureux clients de Swisscom qui téléchargent des données à l'étranger via leur iPhone ou leur téléphone classique paient 14 francs (!) par mégaoctet, où qu'ils se trouvent. Chez Orange, aussi sans option supplémentaire, les tarifs vont de 8 à 15 francs le mégaoctet. Enfin, Sunrise réserve une surprise à ses clients en déplacement à l'étranger: vendredi, il était impossible de connaître sur son site les tarifs de roaming…

Bien sûr, les opérateurs suisses n'ont pas une maîtrise totale de ces coûts, une partie étant le fait de leurs partenaires à l'étranger. Il n'empêche, ces tarifs s'assimilent à du racket. Que ce soit pour consulter une carte via le GPS de leur téléphone, accéder à des informations sur une ville visitée ou juste s'informer, l'utilisation d'Internet sur son mobile devient une pratique courante. Dommage que les opérateurs méprisent pareillement leurs clients.