Socialistes et libéraux-radicaux se sont préoccupés de la crise lors de leurs assemblées des délégués respectives samedi. Sans surprise, leurs propositions pour en sortir sont fort différentes. Le PS veut «fermer le casino» et le PLR renforcer la place financière suisse.

Les délégués libéraux-radicaux ont ainsi adopté à Berne une résolution visant à renforcer la place financière suisse. Présenté en juin déjà, le papier propose dix mesures allant de l’abolition du droit de timbre à la promotion de projets environnementaux grâce à de nouveaux modèles de crédit, en passant par une nouvelle forme d’imposition à la source.

«La crise nous donne l’opportunité de fixer de nouvelles priorités, de mettre en place des activités économiques négligées par le passé», a expliqué le conseiller aux Etats Rolf Schweiger, à la base de la résolution. Au final, le PLR espère créer 40 000 nouveaux emplois.

A Winterthour (ZH), les délégués du PS ont également adopté un papier de position sur «l’avenir de la place financière suisse». L’idée: «fermer le casino», c’est-à-dire «réformer et réguler les marchés financiers» pour que la crise actuelle «ne puisse plus jamais se reproduire».

Dans un tout autre domaine, les délégués du PLR ont rejeté à une écrasante majorité, par 266 voix contre 5, l’initiative anti-minarets. Réunis à Berne samedi et dimanche, les délégués de la section suisse Amnesty ne se sont pas prononcés différemment. Samedi était d’ailleurs le jour de l’inauguration du minaret de Wangen bei Olten (SO).