Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Genre:
Qui ?
Titre:
Titre Original:
Langue:
Chez qui ?

Un ouvrage de référence, riche et bien bâti, pour explorer l’art de construire tel qu’il se renouvelle sur les cinq continents. Par Lorette Coen

Attention. Architecture fraîche!

ARCHITECTURE

«L’Atlas Phaidon de l’architecture mondiale du XXIe siècle».

Coffret. 800 pages, 4600 illustrations, 2100 dessins.

S’en aller, voyager en architecture, comme on part en rêve… Saisir la mallette en carton vert du livre, pleine d’images extraordinaires, et prendre le large pour explorer commodément, chez soi, ce qui s’est bâti de remarquable, dans la dernière décennie, sur toute la terre. «L’Atlas Phaidon de l’architecture mondiale du XXIe siècle» relève lui-même de l’art de construire. Objet de mobilier, en raison de son poids (6,6 kg) et de ses dimensions (31 X 45 cm), plutôt que bouquin à ranger dans une bibliothèque; si bien qu’on se prend à regretter que l’éditeur ne l’ait pas assorti d’un solide lutrin.

Géant géographique comme son nom l’indique, il comporte un mode d’emploi pour s’orienter dans ses pages, de nombreux index pour y circuler et un appareil de cartes conçues avec le concours de la London School of Economics, faites pour éclairer les contextes dans lesquels les ouvrages décrits ont été réalisés. Elles illustrent, par exemple, la densité de la population mondiale et la localisation des projets, le nombre de ces derniers par région géographique, la croissance de la construction dans le monde et son rapport avec la richesse nationale ainsi que l’état d’internationalisation du secteur. Elles offrent aussi quelques indications sur l’empreinte carbone par pays et les changements climatiques.

Chacun des continents est introduit par des données telles que population actuelle et attendue pour 2030, croissance démographique dans les villes les plus peuplées, corrélation entre le nombre d’architectes en activité et celui des étudiants en architecture. Parmi les révélations statistiques générales, on apprend que les Européens sont les plus nombreux à construire à l’étranger. Et que le Japon compte le plus d’architectes au monde: 307 558, soit près de trois l’effectif en Allemagne, aux Etats-Unis ou en Italie. L’Europe, qui en recense 500 000, est aussi la mieux représentée dans l’atlas; effet de nombre, sans doute, mais pas seulement. Avec 46 bâtiments décrits – sans compter ceux que ses architectes construisent à l’étranger – la Suisse occupe une place mieux qu’honorable.

Réalisé en trois ans, ce livre d’éditeur a mobilisé un grand nombre d’experts pour une première étape de sélection. 4000 bâtiments proposant «une vision forte de la culture architecturale contemporaine» ont été d’abord retenus. La sélection définitive en a conservé 1037, choisis pour leur apport à l’art de construire, sans égard ni pour la dimension, ni pour le type d’utilisation, le coût ou la localisation. Aussi, des objets modestes – logements sociaux à Schaerbeek en Belgique, maison individuelle à Telluride, ville minière du Colorado, école élémentaire faite à la main au Bangladesh, pont piétonnier et cyclable à Melbourne, télécabine à St. Anton, Tyrol, insolite maison de thé haut perchée à Chino, Nagano – y côtoient des monuments imposants pourvus de signatures prestigieuses: bibliothèque de Cottbus, par Herzog & de Meuron, Guthrie Theater à Minneapolis par Jean Nouvel…

Chaque bâtiment est présenté à l’aide de photographies extérieures et intérieures, de plans, coupes et d’élévations, ainsi que par un texte bref. On l’aura compris: l’atlas ne se contente pas d’emporter l’imagination. Il s’agit bien d’un ouvrage de référence et d’une mine d’informations. On pourrait tenter de dégager de son étourdissante variété de thèmes, de formes et de solutions constructives, des tendances caractéristiques de cette première décennie de millénaire. La seule véritablement manifeste se rapporte, sans surprise, à l’économie d’énergie. En vérité, ce livre beau mais inconfortable se parcourt pour la beauté du monde tel que l’humain le construit.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a