Critique

Lee Ranaldo en ballade à Antigel

L’ancien guitariste des Sonic Youth donnait un concert acoustique dimanche soir. Ambiance tranquille et nostalgique en campagne genevoise

Sous l’ancienne grange de Collonge-Bellerive reconvertie en salle de concert, c’est la valse des guitares. Lee Ranaldo égraine son répertoire à l’instrument acoustique dont il possède toute une collection qui vont et viennent sur la scène selon le morceau choisi. A l’épicentre, spot campagnard du festival Antigel, dimanche soir l’ambiance est calme, parfois «noisy», souvent tonique. On reste quand même loin des concerts furieux de l’époque des Sonic Youth, fondé en 1981 par Thurston Moore et Kim Gordon, dans lequel Lee Ranaldo tenait la guitare électrique jusqu’à l’explosion du groupe en 2011.

Depuis, le musicien de Long Island poursuit donc une carrière solo entamée il y a déjà 30 ans mais dont il se consacre désormais à plein temps. Ranaldo qui fêtait la semaine dernière ses 60 ans, conserve intacte l’énergie de son ancienne troupe et cette allure juvénile de grand adolescent à qui l’âge à juste blanchi la crinière. «La prochaine chanson s’intitule The Rising Tide du nom d’un bateau que j’ai bien connu dans ma jeunesse.» Le tour de chant raconte souvent des histoires anciennes tirées de ses précédents albums. Le musicien se souvient de ses fumettes à l’opium et de Valérie, la sœur d’un copain d’enfance, «une hippie chic bien avant que cela devienne à la mode.» Il offre aussi au public de compositions nouvelles qui toutes résonnent de cette folk nostalgique qui cadre bien dans la salle de l’épicentre, lieu zen loin du vacarme.

Lee Ranaldo à l'épicentre, dimanche 7 février

Chantre du rock alternatif, Sonic Youth avait fait de l’invention sonore l’un de ces points forts. Ranaldo perpétue cette tradition en appuyant certains de ses morceaux sur un rythme expérimental, faisant vrombir les cordes de son instrument préparé en les caressant avec un archet. «Hier j’étais à Naples où le temps était radieux et la température agréable. C’est drôle de se retrouver ici le lendemain presque sous la neige», raconte le guitariste. Le concert se termine, Lee Ranaldo quitte la scène et se mêle aux gens venus l’écouter. L’ancien Sonic est une légende tranquille.

Publicité