Caractères

Livres clandestins

Se débarrasser de ses livres oui, mais pas n’importe comment. Histoire d’une lectrice téméraire

Récit d’une fraude

Imaginez une grande lectrice, à l’âme aventureuse. Songez qu’au fil des années elle a accumulé quantité d’ouvrages formant double, voire triple rang sur les rayons de ses nombreuses bibliothèques. Longtemps, elle les conserve jalousement. Les déménage d’un bout à l’autre de la planète. Puis, le prix du mètre carré, une liberté nouvelle, un besoin d’allégement font leur œuvre. Elle décide d’en quitter quelques-uns. Mais pas n’importe comment…

Commence alors un trafic un peu louche mais des plus romanesques

Regardez-la, notre lectrice: triant ses livres, décidant que celui-ci restera, que cet autre s’en ira. Avant de les donner, elle les relit. Façon de leur dire adieu, dit-elle, de mesurer ce que l’on quitte. Ainsi relu, ainsi salué, le livre s’en va chez Emmaüs, aux Petits Riens, ou ailleurs.

Mais certains ne suivent pas le même chemin. Certains lui apparaissent non seulement comme très bons, mais aussi beaux avec leur air encore bien neuf. Je ne peux pas les quitter comme ça, songe-t-elle.

Sans compter qu’à leur manière, ils sont rares

Car cette grande lectrice est aussi une spécialiste du catalogue des nombreuses bibliothèques de sa ville. Surfant sur Internet, se promenant dans les rayons, elle constate parfois des manques, dans telle ou telle liste. Comment, la bibliothèque M. ne possède pas ce roman contemporain? Ni cet excellent récit de voyage? Or, justement, les voilà, ici, relus, presque intacts, prêts à partir de chez moi.

Ni une, ni deux

La voilà qui met les livres dans son sac et s’en va à la bibliothèque M. Suivons-la, à pas de loup, notre téméraire lectrice. Rayon romans français. Lettre B. Un arrêt. Un regard à gauche, un regard à droite pour voir si je suis surveillée, chuchote-t-elle, et, hop, la voilà qui sort le livre de son sac et le glisse au bon endroit. Un peu plus loin. Section récits de voyage. Asie. D’un geste précis, non sans une légère angoisse, avoue-t-elle, elle met prestement l’ouvrage en place. Puis, elle rentre chez elle, tranquillement, avec la satisfaction du forfait accompli et d’infinies rêveries en tête…

Que se passera-t-il lorsqu’un lecteur, tombant sur un livre non catalogué, voudra l’emprunter?

Recevra-t-il une étiquette? Que lui diront les bibliothécaires? Au fil des mois, la lectrice guette le trajet de ses livres sur la Toile. Tiens! Le roman français contemporain vient d’apparaître dans le catalogue d’une annexe de la bibliothèque M. L’opération a donc réussi! La fraude est opérante, notre lectrice ravie, et l’histoire… véridique.


 

Lire aussi:

 

 

Publicité