Cinéma

«La La Land» et Isabelle Huppert couronnés par les Golden Globes

Le long-métrage de Damien Chazelle repart avec sept récompenses. Quant à Isabelle Huppert, elle est sacrée meilleure actrice dramatique pour «Elle», de Paul Verhoeven, également jugé meilleur film étranger

La comédie musicale «La La Land» a été la grande gagnante des Golden Globes dimanche avec le film français «Elle» sacré meilleur film en langue étrangère et son interprète Isabelle Huppert meilleure actrice.

Lire aussi: Wanda s’offre les Golden Globes

Un record de prix pour «La La Land»

Romance entre une aspirante actrice et un musicien, «La La Land» partait favorite de la soirée avec sept nominations. Elle les a toutes gagnées, établissant un record de prix pour un film: meilleure comédie, meilleur scénario, meilleur metteur en scène pour son auteur-réalisateur Damien Chazelle, meilleure musique et chanson originales. Le film sort en Suisse romande le 25 janvier, une semaine avant en Suisse alémanique.

Ses deux interprètes Emma Stone et Ryan Gosling, qui chantent, dansent et font des claquettes dans les plus beaux lieux de Los Angeles ont été également primés. Ryan Gosling a dû travailler des mois durant pour jouer lui-même les scènes au piano du film dans lequel il incarne un musicien de jazz.

Damien Chazelle a remercié ses producteurs pour «avoir parié sur ce film» et «cru qu’il existe un public pour un film comme ça».

Le compositeur de la musique Justin Hurwitz, et ceux de la chanson «City of Stars», interprétée par Ryan Gosling, ont également été primés pour une musique qui fait valser ses acteurs dans les étoiles ou dans les embouteillages.

Isabelle Huppert et Casey Affleck, meilleurs acteurs dans un film dramatique

L’actrice française a été primée pour son rôle dans le thriller psychologique «Elle», de Paul Verhoeven. Le film a par ailleurs reçu la récompense du meilleur film étranger de l’Association de la presse étrangère à Hollywood (HFPA). Isabelle Huppert y joue Michelle Blanc, une femme qui ourdit une vengeance après avoir été violée par un inconnu dans son appartement. L’actrice française était en lice contre Amy Adams («Premier contact»), Jessica Chastain («Miss Sloane»), Ruth Negga («Loving») et Natalie Portman («Jackie»).

Lire aussi: Isabelle Huppert joue un jeu dangereux dans «Elle»

«Merci de me permettre de gagner ici en Amérique dans un film français dirigé par un metteur en scène néerlandais», a déclaré la légendaire actrice de 63 ans en lamé gris. Emue, semblant perdre la voix par moments, elle a ajouté: «N’attendez pas du cinéma qu’il érige des murs et des frontières», et a remercié le réalisateur Paul Verhoeven de lui avoir permis d'«être elle-même.»

En vidéo: notre critique d'«Elle» depuis Cannes 2016

Quant à Casey Affleck a de son côté reçu le Golden Globe du meilleur acteur dramatique pour «Manchester by the Sea». L’acteur de 41 ans accède ainsi à la reconnaissance d’Hollywood qui a déjà consacré à plusieurs reprises son frère Ben Affleck.

Le film réalisé par Kenneth Lonergan raconte l’histoire d’un homme joué par Casey Affleck qui se retrouve tuteur de son neveu. Il était en compétition notamment avec Denzel Washington («Fences») et Viggo Mortensen («Captain Fantastic»).

Une soirée politisée

«Moonlight», de Barry Jenkins, a décroché le Golden Globe de meilleur film dramatique dimanche à Los Angeles. Le film raconte l’histoire d’un jeune Noir homosexuel qui essaie de trouver sa place et son identité dans le quartier difficile de Miami où il a grandi.

Aaron Taylor-Johnson pour «Nocturnal Animals» et Viola Davis pour «Fences», adaptation d’une pièce de théâtre, ont été sacrés meilleurs seconds rôles de cinéma. En télévision, les séries «American Crime Story: The People vs O.J. Simpson», celle sur un trafiquant d’arme «The Night Manager» et sur la reine d’Angleterre «The Crown» ont raflé plusieurs prix chacune.

Le film d’animation «Ma vie de Courgette» du réalisateur Claude Barras repart les mains vides. Le prix dans la catégorie est revenu à «Zootopie» de Disney. C’était la première fois qu’un film suisse était sélectionné pour cette compétition qui se tient depuis plus de septante ans. Immense succès critique, il était le seul long-métrage animé non américain en compétition.

Honorée pour l’ensemble de sa carrière exceptionnelle, Meryl Streep, a aussi fait un vibrant discours contre le président élu Donald Trump, dénonçant avec fureur le moment notamment où le Républicain s’était moqué méchamment d’un journaliste handicapé, sous l’œil des caméras.

Quant à Paul Verhoeven, il s’est dit «inquiet» que le futur président mène les Etats-Unis et le monde «dans une direction qui termine en guerre et en destruction et j’ai très peur».

Remis par quelque 90 journalistes de l’HFPA, les Globes n’ont qu’un pouvoir prédictif incertain sur les Oscars mais donnent à leurs lauréats une aura pouvant influencer le vote pour ces récompenses suprêmes du septième art.

Publicité