Nomination

Natacha Koutchoumov et Denis Maillefer dirigeront la Comédie de Genève

Actrice intense sur les planches et au cinéma, la Genevoise codirigera l’institution avec le metteur en scène vaudois. Les défis qui les attendent sont considérables

Jamais leur nuit n’a été aussi courte. Jamais ils n’ont été aussi sonnés. Jamais ils n’ont été aussi cotonneux et heureux. Au bout du suspense, l’actrice genevoise Natacha Koutchoumov et le metteur en scène vaudois Denis Maillefer ont été choisis pour diriger, en tandem, la Comédie de Genève et ce dès cet été. Avec en ligne de mire, l’inauguration annoncée pour la rentrée 2020 de la Nouvelle Comédie, ce bâtiment à 100 millions qui se dressera dans le quartier de la gare des Eaux-Vives, l’une des stations phares de la liaison Cornavin-Annemasse.

La Fondation d’art dramatique a donc tranché. Composé de quinze membres, représentants les partis du Conseil municipal genevois, cet organe a longtemps tangué. Présidé par le libéral Thomas Boyer, cet aréopage a soupesé les avantages des deux candidatures encore en lice lundi en début de soirée. D’un côté, la metteuse en scène belge Anne-Cécile Vandalem, 36 ans, et un administrateur de théâtre parisien influent, c’est-à-dire doté d’un excellent carnet d’adresses. De l’autre, Natacha Koutchoumov, actrice marquante sur les planches et au cinéma – pour Lionel Baier notamment, dans Garçon stupide et Un autre homme – et Denis Maillefer, artiste dont chaque spectacle est un biotope sensuel et sensible.

Une vision réellement originale

Si la FAD a fini par miser sur Natacha Koutchoumov et Denis Maillefer, c’est pour la force de leur projet, souffle un observateur. Ce duo romand n’a pas forcément le réseau international de ses concurrents, mais il est porté par une vision réellement originale, à ce qui se dit, de nature à susciter un engouement nouveau autour de l’institution.

A lire aussi: A Genève, la lutte finale pour la Nouvelle Comédie

C’est qu’il ne s’agira pas seulement de succéder le 1er juillet 2017 à Hervé Loichemol, l’actuel patron de la maison. L’enjeu est plus considérable. Il faudra rendre viable la Nouvelle Comédie, c’est-à-dire lui assurer le budget annoncé – on parle de 14 à 15 millions, soit le double d’aujourd’hui. Il faudra aussi fédérer la profession à Genève et en Suisse romande. Il faudra surtout créer un enthousiasme dans la population autour d’un théâtre attendu depuis 1987 au moins – date où le metteur en scène Matthias Langhoff publiait un fameux rapport appelant à transformer le bâtiment du boulevard des Philosophes.

Natacha Koutchoumov et Denis Maillefer se connaissent depuis longtemps. La première a joué pour le second. Ils ont l’habitude d’imaginer de grands spectacles ensemble. Leur plus belle pièce, c’est maintenant.

A lire aussi: La longue procédure pour désigner le nouveau patron de la Comédie

Publicité