Littérature

Germaine de Staël célébrée de Coppet à Paris

A l’occasion du bicentenaire de la mort de l’écrivaine, une série d’événements font revivre son XVIIIe siècle dans la capitale française et au Château de Coppet, où elle a vécu

Deux cents ans après la mort de Germaine de Staël, la fondation du Château de Coppet et l’association Pro Cultura Valdensis lui rendent hommage à travers une série d’événements littéraires, d’avril à juillet prochains. De Coppet à Paris, le public est invité à découvrir l’auteure, à comprendre son œuvre et les enjeux de l’époque de la Révolution française. De quoi ressentir «un vif regret du XVIIIe», s’amuse l’avocat Marc Bonnant, qui prendra lui aussi part aux spectacles en plaidant pour et contre Talleyrand, amant de Mme de Staël et homme d’Etat français controversé.

Des pièces de théâtres, des réquisitoires et des nuits musicales: les organisateurs souhaitent mettre en avant la diversité des genres. Sur le thème de la réconciliation, cet anniversaire est l’occasion de se faire rencontrer les arts, les époques et quelques figures célèbres suisses et françaises. En avril et en mai, le metteur en scène Alain Carré proposera ainsi une pièce adaptée d’une œuvre contemporaine de Philippe Dessertine, intitulée Le Fantôme de l’Elysée. Le fantôme n’étant autre que Jacques Necker, le père de Mme de Staël, venant prodiguer ses conseils à un François Hollande désœuvré. La pièce permettra de se poser une question essentielle: l’Histoire est-elle condamnée à se répéter?

Chassée par Napoléon

Puis ce sera au tour de Mme de Staël de revenir à la vie: les 12 et 14 juillet, à Paris et Coppet, l’auteure sera interprétée par la comédienne Brigitte Fossey. Dans une pièce tout à fait fictive, l’écrivaine fera face à Napoléon Bonaparte et tentera de se réconcilier avec le général. Rappelons qu’au début du XIXe siècle, il l’avait chassée de France pour ses idées et son œuvre, dans laquelle elle dénonçait notamment les misères de la condition féminine. Elle avait alors gagné Coppet pour continuer d’écrire.

L’exil de Madame de Staël sera d’ailleurs matière à spectacle lors d’un voyage en TGV Paris-Coppet, le 13 juillet. Durant tout le trajet, des comédiens, campant les proches de la Française aux origines valdo-genevoises, divertiront les passagers et les entraîneront au cœur des années 1800. Les festivités s’achèveront dans le parc du Château de Coppet les 15 et 16 juillet. A la tombée de la nuit, les écrits de l’auteure seront mis à l’honneur. Des comédiens, des artistes de cirque ainsi que des musiciens donneront vie à ses nombreux romans, lettres, essais et pièces de théâtre.


Bicentenaire Mme de Staël, Château de Coppet et Paris, d’avril à juillet. www.festivaldestael.ch

Publicité