Léo Ferré y a traîné sa silhouette hirsute, sa voix rocaille. De la graine d'anar semée jadis, le Théâtre de l'Echandole d'Yverdon a récolté un amour certain du verbe fin, en chanson comme en théâtre ou en humour. L'héritage s'est aussi glissé dans les notes en tenue bleutée, jazz sans chapelles qu'une batterie d'improvisateurs ont célébré. La danse y a aussi glané quelques lettres de noblesse. D'ici et d'ailleurs, les artistes qui se sont succédé un quart de siècle durant dans la salle voûtée du château y ont laissé un bout d'âme.

Afin de célébrer ce week-end 25 ans de dévouement aux arts vivants, l'institution subventionnée par la ville s'offre un marathon culturel de 25 heures (Sortir du 23.09.04). Un festin de roi qui réunit quelque cent chanteurs, musiciens, acteurs et humoristes dans un Echandole mué en «Salle du Banquet». Et agrémenté pour l'événement de deux scènes supplémentaires, propres à assouvir l'appétit de Brigitte Romanens-Deville, directrice depuis quatre ans jouant ici la carte de la convivialité et des rencontres artistiques.

Découvreur

Deux notions, une tradition presque, incarnant au mieux selon elle l'esprit du lieu: «Tant les artistes que le public s'y sentent bien. De bons fantômes doivent rôder dans le château.» Mais si un cycle s'achève par ce point d'orgue festif et gourmand où figureront notamment Kent, Sapho, Sarclo, Michael von der Heide, le Quartet Lindemann et Cuche et Barbezat, c'est aussi l'heure du bilan. Brigitte Romanens, qui a repris le flambeau du précurseur Roger Zanetti, du chanteur Denis Alber et de la comédienne Annedominique Chevalley, compte à l'avenir développer l'ancrage régional de l'Echandole tout en soignant son rayonnement romand. «J'aimerais approfondir le choix de nos spectacles. Mais, en tant que généraliste, il est difficile de se concentrer sur un seul art vivant. Reste que je souhaiterais accueillir plus de troupes de théâtre indépendantes. Faire de l'Echandole un lieu de création et le mettre davantage au service de coproductions dans divers domaines.»

Instigateur aux côtés de la RSR du concours de chanson Nouvelles Scènes, l'Echandole a toujours mis un point d'honneur à révéler des talents. La même idée présidait il y a deux ans la création des soirées Jazz'o'château. En s'intronisant découvreur plutôt que simple relayeur culturel, l'Echandole s'est ainsi taillé une solide réputation sur une scène culturelle romande plutôt lémano-centriste.

Les 25 ans de l'Échandole. Yverdon-les-Bains, sa 25 sept. dès 14 h, (rés. indispensable: 024 423 65 84).