À l'été 2003, l'ancienne friche du Flon, une surface de quelque 5 ha située en plein cœur de la ville, en sommeil pendant des décennies, s'est réveillée de but en blanc. Les passants ont découvert une esplanade où flâner, jouer, offerte à des manifestations culturelles et commerciales. Puis il y a eu l'ouverture du restaurant le Pur, qui répondait à celle du bistrot de Louis, aux deux bouts de l'axe central dont l'éclairage nocturne anime la vie du nouveau quartier. Enfin, l'Europlex Flon a démarré l'exploitation de ses cinémas. La vie de la zone a basculé, avec des répercussions sur celle de la ville entière.

Le réaménagement du Flon a déplacé le cœur de Lausanne, provoqué la conversion de ses activités commerciales et de profonds changements d'implantation. Tel observateur, considérant le centre traditionnel, s'étonne de son aspect vieilli, tel autre placé dans le Flon s'émerveille de la modernisation de la capitale vaudoise. Cas rarissime en Suisse, cette métamorphose d'un centre-ville résulte de la volonté d'un propriétaire privé qui a décidé de revaloriser cette parcelle comme un ensemble, conformément à la planification des autorités.

Paul Rambert, administrateur délégué, conduit le réaménagement du Flon, en collaboration avec l'urbaniste Charles Lambert. Leur idée: ne pas porter atteinte à sa spécificité, conserver la multiplicité des activités qui s'y déroulent ainsi que sa diversité sociale. Au terme de la première étape de sa transfiguration, le quartier, autrefois voué aux petits métiers, aux professions artistiques, aux activités marginales, reste un lieu d'activités nocturnes intenses. Mais reçoit un public fortement élargi, diversifié et… rassuré, puisque la sécurité s'y trouve améliorée.

Avec la deuxième étape, engagée par le chantier de Flon-Ville à l'ouest de la parcelle, les métamorphoses se poursuivent. Elles se traduiront par une forte augmentation des passants et des activités, cette fois diurnes. Prochainement, fonctionnaires de l'administration communale, élèves de l'Ecole-Club, visiteurs du Centre culturel Migros, clients des grands magasins et des boutiques de marques, habitués des centres de «wellness» se croiseront au pied d'ambitieuses constructions et la capacité de l'actuel parking sera portée jusqu'à 900 places. Le Flon aura alors achevé sa mue en un vivant centre culturel et commercial à ciel ouvert.