Livres

Les 50 meilleurs livres de langue française de 1900 à aujourd’hui

Un jury de 50 personnes – journalistes, libraires, bibliothécaires, professeurs, responsables d’institution et de festival littéraires de Suisse romande – a établi le palmarès des chefs-d’œuvre littéraires des XXe et XXIe siècles

Après les palmarès du Temps sur les 50 meilleurs films de tous les temps, puis celui des 50 meilleures séries télévisées, voici le top 50 des meilleurs livres de langue française de 1900 à aujourd’hui. Si ce type d’exercice a toujours été prisé par la presse, la manie des listes a gagné encore en intensité avec internet et les réseaux sociaux. Les journaux anglo-saxons, grands champions en la matière, vont jusqu’à classer les livres par thématique: les meilleurs livres sur la mer, sur la guerre, sur la chasse, etc. En France, Le Monde (avec la Fnac) a réalisé une enquête marquante en 1999 auprès d’un panel de 17 000 lecteurs leur demandant de sélectionner, à partir d’une liste de 200 titres choisis par des journalistes et des libraires, les 100 livres du siècle, toutes langues confondues. L’écrivain Frédéric Beigbeder en a tiré un livre, Dernier Inventaire avant liquidation (2001), où il remarquait notamment le peu d’ouverture à la littérature extra-hexagonale.

Nos explications sur la démarche: «Allez Marguerite! Allez Marguerite, allez!»

Terreau d’écriture

Devant cette profusion et devant l’impact que ces hit-parades obtiennent auprès des internautes, il nous a semblé important d’entrer dans la danse avec ce que l’on pourrait appeler «le point de vue suisse romand», un point de vue de la marge, excentré, si l’on met encore Paris au centre.

Il nous a semblé aussi pertinent, pour cette première fois, de prendre en compte uniquement la littérature écrite en français, qu’elle le soit depuis la France, la Suisse, la Belgique, le Canada, l’Afrique ou l’Asie, ou d’ailleurs encore, puisque le choix d’une langue d’écriture se fait aussi au gré des voyages et des exils, comme pour Samuel Beckett ou Agota Kristof, deux auteurs très bien placés dans notre classement. Est-ce que la francophonie comme terre ou terreau d’écriture est une réalité plus palpable pour les lecteurs romands? Quelles sont les œuvres d’auteurs romands qui s’intègrent au palmarès?

Lire aussi: Le Suisse Joël Dicker a été l'auteur francophone le plus lu en 2018

Nombre de points

Il fallait choisir une période, nous avons opté pour les XXe et XXIe siècles avec une grande ouverture aux différents genres – roman, récit, poésie, roman graphique, théâtre. Nous avons constitué un jury de 50 personnes, toutes impliquées dans le monde des livres en Suisse romande: des journalistes des pages littéraires du Temps, des libraires, des bibliothécaires, des professeurs de littérature à l’université, dans les collèges, gymnases, cycles et écoles de culture générale, des responsables de revue littéraire, de festival et de fondation.

A chacun, nous avons demandé d’établir une liste des 25 livres qu’ils considèrent comme les chefs-d’œuvre littéraires de 1900 à aujourd’hui. A nous ensuite d’établir le palmarès en fonction du nombre d’occurrences obtenu par chacun des livres. Comme on peut le voir dans le palmarès, plusieurs livres se retrouvent ex aequo dans le nombre de points obtenus. Il fallait bien sûr les prendre en compte. Raison pour laquelle la liste comprend en fait 66 titres.

Lire aussi: Charles Ferdinand Ramuz ou comment devenir un classique

Bibliothèque idéale

Un tel palmarès est une mine de renseignements sur ce qui constitue le «canon» littéraire en 2019, cet ensemble de livres qui ont quitté l’actualité immédiate pour entrer dans l’histoire. Certains livres sont devenus instantanément des classiques (Bonjour tristesse de Françoise Sagan, pour n’en prendre qu’un), d’autres ont mis cinquante ans pour le devenir (A la recherche du temps perdu de Marcel Proust). Certains livres ont énormément marqué à leur parution et sur plusieurs années puis ont perdu de leur éclat (L’Ogre, de Jacques Chessex, absent du classement). C’est le fameux purgatoire, plus ou moins long, que traversent certains écrivains après leur disparition, avant que leur œuvre ne retrouve, ou pas, la lumière (grâce au travail des proches, des éditeurs, des universitaires, des libraires, mais aussi à la faveur de facteurs impondérables comme l’air du temps).

Un tel classement est aussi le reflet de la sensibilité de celles et ceux qui y ont participé, chacun arbitrant entre son goût et ce qu’il perçoit des standards de la «grande» littérature, ce goût et ces standards étant marqués par l’époque où ils ont été formés, par l’école aussi. Enfin et surtout, ce palmarès est une invitation joyeuse à lire et relire cette magnifique brassée de livres, tous à placer sur les rayons d’une bibliothèque idéale, en perpétuelle expansion.

Notre éditorial: Les 50 livres qui nous racontent



Le classement:

1. A la recherche du temps perdu (1913-1927), Marcel Proust (30 voix)


2. Voyage au bout de la nuit (1932), Louis-Ferdinand Céline (28)


3. L’Etranger (1942), Albert Camus (23)


4. Alcools (1913), Guillaume Apollinaire (18)


5. Belle du Seigneur (1968), Albert Cohen (17)
6. Mémoires d’Hadrien (1951), Marguerite Yourcenar (17)


7. La Trilogie des jumeaux (Le Grand Cahier, La Preuve, Le Troisième Mensonge, 1986-1991), Agota Kristof (16)


8. L’Usage du monde (1963), Nicolas Bouvier (13)


9. En attendant Godot (1952), Samuel Beckett (11)
10. Paroles (1945), Jacques Prévert (11)
11. L’Ecume des jours (1947), Boris Vian (11)


12La Prose du Transsibérien (1913), Blaise Cendrars (10)
13La Promesse de l’aube (1960), Romain Gary (10)
14Vies minuscules (1984), Pierre Michon (10)


15Capitale de la douleur (1926), Paul Eluard (9)
16La Condition humaine (1933), André Malraux (9)
17La Vie mode d’emploi (1978), Georges Perec (9)


18L’Amant (1984), Marguerite Duras (8)
19Le Parti pris des choses (1942), Francis Ponge (8)
20La Route des Flandres (1960), Claude Simon (8)


21. Fureur et Mystère (1948), René Char (7)
22. La Place (1983), Annie Ernaux (7)
23Les Années (2008), Annie Ernaux (7)
24. Paysages avec figures absentes (1970), Philippe Jaccottet (7)
25Aline (1905), Charles Ferdinand Ramuz (7)
26La Beauté sur la terre (1927), Charles Ferdinand Ramuz (7)
27Bonjour tristesse (1954), Françoise Sagan (7)
28Nouvelles orientales (1938), Marguerite Yourcenar (7)


29Molloy (1951), Malone meurt (1951), L’Innommable (1953), trilogie, Samuel Beckett (6)
30Nadja (1928), André Breton (6)
31. Moravagine (1926), Blaise Cendrars (6)
32Cahier pour un retour au pays natal (1939), Aimé Césaire (6)
33. La Vie devant soi (1975), Romain Gary (6)
34Le Rivage des Syrtes (1951), Julien Gracq (6)
35Le Petit Prince (1943), Antoine de Saint-Exupéry (6)
36Enfance (1983), Nathalie Sarraute (6)


37Le Grand Meaulnes (1913), Alain-Fournier (5)
38Antigone (1944), Jean Anouilh (5)
39Le Blé en herbe (1923), Colette (5)
40. Moderato cantabile (1958), Marguerite Duras (5)
41Un Barrage contre le Pacifique (1950), Marguerite Duras (5)
42Les Faux-monnayeurs (1925), André Gide (5)
43Réparer les vivants (2013), Maylis de Kerangal (5)
44Derborence (1934), Charles Ferdinand Ramuz (5)
45La Nausée (1938), Jean-Paul Sartre (5)


46. Les Yeux d’Elsa (1942), Aragon (4)
47. La Demoiselle sauvage (1974), Corinna Bille (4)
48. Le Poisson-scorpion (1981), Nicolas Bouvier (4) 
49. Mes Amis (1924), Emmanuel Bove (4)
50. Texaco (1992), Patrick Chamoiseau (4)


Oreille rouge (2005), Eric Chevillard (4)
Le Rapport de Brodeck (2007), Philippe Claudel (4)
Les Esprits de la terre (1953), Catherine Colomb (4)
Courir (2008), Jean Echenoz (4)
Le Soleil des Scorta (2004), Laurent Gaudé (4)
Dans la solitude des champs de coton (1986), Bernard-Marie Koltès (4)
Le Lambeau (2018), Philippe Lançon (4)
Léon l’Africain (1986), Amin Maalouf (4)
Thérèse Desqueyroux (1927), François Mauriac (4)
La Vie dans les plis (1949), Henri Michaux (4)
La Place de l’Etoile (1968), Patrick Modiano (4)
Dora Bruder (1997), Patrick Modiano (4)
W ou le Souvenir d’enfance (1975), Georges Perec (4)
Tous les matins du monde (1991), Pascal Quignard (4)
Rapport aux bêtes (2002), Noëlle Revaz (4)
Air de la solitude (1945), Gustave Roud (4)
Huis clos (1944), Jean-Paul Sartre (4)
Les Mots (1963), Jean-Paul Sartre (4)

*Les ex aequo sont classés par ordre alphabétique du patronyme de l’auteur.


La force cachée de Marguerite Duras et l’absence de Michel Houellebecq

Tous titres confondus, l’auteure d’«Un Barrage contre le Pacifique» réunit un nombre très important de voix. Annie Ernaux et Nathalie Sarraute aussi

Le palmarès sacre dix autrices: Marguerite Yourcenar, Agota Kristof, Marguerite Duras, Annie Ernaux, Françoise Sagan, Nathalie Sarraute, Colette, Corinna Bille, Catherine Colomb, Noëlle Revaz. La place des écrivaines dans ce genre d’exercice est évidemment riche d’enseignements. Est-ce que l’image, tant véhiculée dans la sphère francophone, du Grand écrivain, forcément masculin, perd, enfin de son éclat? Au vu des résultats, on peut être déçu. On peut aussi regarder le verre à moitié plein et noter que le volontarisme paye, comme dans le cas de Corinna Bille: «L’école encore une fois joue un rôle majeur. Grâce à l’engagement des femmes d'ambassadeurs suisses, raconte Sylviane Dupuis, de l'université de Genève, l'oeuvre de Corinna Bille a été inscrite dans les programmes prévus pour la Semaine de la francophonie dans les ambassades suisses à travers le monde. Ce sont des opérations qui comptent.» Reste l’évidence: plus les autrices de talent seront intégrées aux programmes scolaires, plus elles accéderont au statut de classique.

Le cas Giono

Mais là aussi, il vaut la peine de faire les comptes en cumulant tous les titres d’un même auteur. C’est là que l’on voit que Marguerite Duras réunit 26 voix avec huit titres, L’Amant, Un Barrage contre le Pacifique, Moderato cantabile, La Douleur, La Vie matérielle, Hiroshima mon amour, Ecrire et Le Ravissement de Lol V. Stein. Une œuvre, on le voit, extrêmement présente. Comme celle d’Annie Ernaux avec 18 voix tous titres confondus (Les Années, La Place, mais aussi Une Femme, Passion simple et La Femme gelée). Nathalie Sarraute obtient 13 voix avec six œuvres (Enfance, Tropismes, Pour un oui, pour un non, Le Planétarium, Portrait d’un inconnu, Ici).

Etudié dans le monde entier

Autre auteur majeur du palmarès, Georges Perec avec 25 voix et Romain Gary avec 24 voix. Parmi les auteurs qui irriguent le palmarès de façon plus ou moins cachée, le cas de Jean Giono est saisissant. L’écrivain de Manosque n’apparaît pas dans le palmarès; or il est cité dix fois avec six œuvres: Un Roi sans divertissement, Le Chant du monde, L’Homme qui plantait des arbres, Les Ames fortes, Colline, Le Hussard sur le toit).

Parmi les surprises, l’absence de Michel Houellebecq. Même tous titres confondus, il n’apparaît que six fois. «C’est très étonnant pour un écrivain traduit et étudié dans le monde entier. Est-il trop controversé?» avance Nathalie Piégay, professeure de littérature à l'Université de Genève.


Les membres du jury:

Journalistes Le Temps:
Gauthier Ambrus, Julien Burri, Alexandre Demidoff,
Catherine Frammery, John E. Jackson, Lisbeth
Koutchoumoff Arman, Isabelle Rüf, Eléonore Sulser

Revues:
Ruth Gantert (Viceversa Littérature),
Marion Graf (La Revue de Belles-Lettres),
Cédric Pignat (La 5e saison),
Michel Schlup (Nouvelle Revue neuchâteloise)

Libraires:
Damien Malfait (Librairie du Boulevard, Genève),
Yann Courtiau (Le Rameau d’or, Genève),
Véronique Rossier (Nouvelles Pages, Carouge-Genève),
Chantal Nicolet (La Méridienne, La Chaux-de-Fonds),
Catherine Kohler (Le Bostryche, Bienne),
Cyrielle Cordt-Moller (L’étage, Yverdon-les-Bains),
Marie-Pierre Moser (Basta, Lausanne),
Nicole Brosy (Page d’encre, Delémont),
Yasmina Giaquinto (Le Baobab, Martigny),
Pascal Vandenberghe (Payot),
Danielle Brügger (Pierre Pertuis, Tavannes),
Christophe Piller (Librophoros, Fribourg),
Anne-Françoise Koch (Page 2016, Payerne),
Nathalie Romanens (Des livres et moi, Martigny),
Micheline Hughelet (Point-virgule, Moutier)

Enseignants et professeurs:
Sylviane Dupuis (Université de Genève),
Jean Kaempfer (Université de Lausanne),
Jérôme Meizoz (Université de Lausanne),
Antonio Rodriguez (Université de Lausanne),
Daniel Sangsue (Université de Neuchâtel),
Daniel Maggetti (Université de Lausanne,
Centre des littératures en Suisse romande),
Valery Rion (Lycée de Porrentruy),
Philippe Marthaler (Lycée Blaise Cendrars, La Chaux-de-Fonds),
Jean-Marc Cuenet (Cycle d’orientation de la Gradelle, Genève),
Sabina di Gregorio Rochat (Gymnase de Burier, La-Tour de-Peilz),
Emmanuelle Es-Borrat, Ecole de commerce et de culture générale, Monthey),
Jacques Troyon (Gymnase de la Cité, Lausanne)

Festivals, salons, associations, fondations:
Lucienne Serex (Les Lundis des mots, Neuchâtel),
Pierre Fankhauser (Tulalu!?, Lausanne),
Jacques Berchtold (Fondation Martin Bodmer, Cologny-Genève),
Nine Simon (Salon du livre, Genève),
Claude Thébert (Théâtre du Sentier, Genève),
Fabienne Althaus Humerose (Le Roman des Romands),
Sylvie Berti-Rossi (Le Livre sur les quais, Morges),
Delphine de Candolle (Société de lecture, Genève)

Bibliothécaires:
Laurent Voisard (Bibliomedia, Lausanne),
Alexandre Mirenowicz (Bibliothèque de la Fondation Jan Michalski, Montricher),
Thierry Chatelain (Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel).

Publicité