Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

politique-fiction

Aaron Sorkin s’avance dans la newsroom

Alors que la troisième et dernière saison est diffusée sur HBO, la deuxième livraison de «The Newsroom» sort en DVD. Un chapitre plus convaincant que les débuts de cette série, due à l’auteur d’«A la Maison-Blanche»

le temps des séries TV

Dans la newsroom

Au Temps, ces jours, nous parlons souvent de newsroom. Le lieu qui se prépare afin de regrouper les rédactions de Ringier, et qui devra permettre la fusion des productions pour le journal papier et le Web – ainsi que leur renouvellement, et comment, enfin bref, n’allongeons pas, ça se discute. Depuis quelques années, le terme est chargé d’exprimer la mutation du métier. Dans la dernière création en date du scénariste Aaron Sorkin, The Newsroom renvoie simplement à ce dont il s’agit: une salle de rédaction. De télévision, dans ce cas. Avec la deuxième saison qui paraît en DVD, alors que la troisième et dernière est diffusée ces temps par HBO, les amateurs retrouvent le présentateur vedette Will McAvoy (Jeff Daniels). Toujours républicain, mais qui doit assurer le service après-vente de sa déclaration selon laquelle les membres du Tea Party «sont des talibans américains». Cette affaire ne dure guère, car une histoire particulièrement lourde survient: à un journaliste, une source évoque l’usage de gaz sarin par les troupes nationales au Pakistan… D’abord mis à l’écart des recherches par la productrice et le directeur de la chaîne, Will, comme les autres, devra faire un choix face à cette information et sa potentielle véracité.

Impossible de bouder son plaisir devant les constructions logorrhéiques d’Aaron Sorkin, l’homme qui écrivit A la Maison-Blanche ainsi que le film The Social Network, et qui semble toujours plancher sur une biographie de Steve Jobs. Durant la première saison, on pouvait douter, sans gravité, de la démarche de l’auteur. En fait, il revenait par la bande à la Maison-Blanche et aux intrigues politiques. Le milieu journalistique servait davantage d’outil d’approche que de biotope direct. Dans cette deuxième livraison, l’équipe – Aaron Sorkin écrit tout, mais avec des co-inspirateurs – plonge davantage dans la salle de rédaction, tout en visitant les autres étages, en particulier la présidence du groupe qui possède la chaîne. La série gagne même une dimension juridique, avec une trame courant sur une bonne part de la saison, liée aux implications de la divulgation, ou non, de l’information cruciale. Aaron Sorkin reste un animal politique. Mais il se fait plus analyste des médias, son nouvel univers de jeu – lequel demeure de toute manière imbriqué à celui du pouvoir, même s’il est dans sa nature de le critiquer. Depuis la newsroom.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps