Abbé Grégoire. De la Traite et de l'esclavage des Noirs. Présenté par Aimé Césaire. Arléa, 68 p.

C'est à l'abbé Grégoire (1750-1831) qu'on doit, par un décret de la Convention du 5 février 1794, la première abolition de l'esclavage des Noirs dans les colonies françaises (elle sera définitivement acquise en 1848 grâce à Victor Schoelcher). Napoléon l'ayant établi en 1802, l'abbé Grégoire reprend la plume pour dénoncer, dans De la Littérature des nègres (1809), les ignobles conditions sociales faites aux indigènes pour mieux les opprimer. Et c'est en 1815 qu'il publie, sous le titre original De la Traite et de l'esclavage des Noirs et des Blancs par un ami des hommes de toutes les couleurs, ce petit livre qui réaffirme son combat incessant pour l'égalité de tous les hommes. La répression brutale par les colons de troubles en Haïti lui donne l'occasion d'en appeler au Congrès de Vienne pour demander que soit à jamais proscrite la traite, «ce commerce qui a fait couler tant de larmes, tant de sang, et dont le souvenir perpétué dans les fastes de l'Histoire est la honte de l'Europe!» L'ouvrage reprend en préface le flamboyant discours prononcé en 1950 par Aimé Césaire, lors de d'inauguration de la place de l'Abbé-Grégoire à Fort-de-France.