«C’est pas juste. Pourquoi 50 personnes peuvent-elles se réunir dans un temple ou dans une église et non dans un théâtre?» Stations de ski, grands magasins et maintenant lieux de culte: les artistes du spectacle vivant ont le sentiment d’être plus stigmatisés que le reste de la société.

«C’est vrai, mais il y a des raisons, et surtout il ne faut pas opposer l’église et la culture, qui sont intimement liés», répond Didier Nkebereza, directeur du Centre culturel des Terreaux, à Lausanne. Associé au pasteur Jean-François Ramelet, qui est très actif dans les arts avec son projet l’Esprit Sainf, le metteur en scène présente Pâques à Saint-François, six soirées où le théâtre et la musique vont rayonner au fil des célébrations religieuses.