Adam Jacot de Boinod. Tingo. Drôles de mots, drôles de mondes. Trad. de Jean-Baptiste Dupin. 10-18. 204 p.

Dans la langue de l'île de Pâques, tingo signifie «emprunter une à une les affaires d'un ami jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien». Ce recueil qui surfe sur la vague du succès des Miscellanées de Mr Schott est lui aussi traduit de l'anglais (titre original: The Meaning of Tingo and other extraordinary words from around the world ) et son auteur a pioché les dictionnaires de langues étrangères pour rédiger ce tour du monde en vingt chapitres. On y apprend que les Hollandais disent uitwaaien pour «se promener par mauvais temps pour le plaisir» et les Indonésiens mencolek pour «toucher légèrement quelqu'un pour l'agacer»; que les Inuits disposent de plus de 50 mots pour décrire la neige et que les abeilles font aussi bzzz en albanais, danois, anglais, hébreu et polonais. Ou que le mot tchèque de 11 consommes consécutives odctvrtvrstvit signifie «enlever le quart d'une couche»… Vous compléterez ce savoir loufdingue grâce au Baleinié 3 , troisième tome du Dictionnaire des tracas concocté par un trio d'inventifs lexicographes (Seuil, 186 p.): une lecture recommandée si vous penquetonnez (si vous «dînez seul au restaurant à côté d'un sapin de Noël qui clignote»)!