C’était l’ère de la télévision toute-puissante, l’âge d’or des émissions de variétés qui font germer des graines de star. Adel Kachermi a connu cette «hit machine» glorieuse: il était l’un des membres des 2Be3, le premier boys band français à la popularité éclatante, porté par un tube qui entête: Partir un jour. C’était la fin des années 1990, à l’aube d’un nouveau millénaire gorgé de promesses. Une époque révolue.