L'écrivain Jean-Pierre Chabrol, qui vient de disparaître à 76 ans, restera dans les mémoires comme conteur autant que romancier. Et surtout comme un amoureux de sa terre natale des Cévennes – il était petit-fils de chevrier –, cadre naturel d'une bonne part de son œuvre. Auteur de nombreux romans, à commencer par la série des Rebelles publiée chez Plon dans les années 60, il a redonné vie aux Camisards des guerres de religion dans Les Fous de Dieu (Gallimard, 1961) et dans Le Bouc du désert (Gallimard, 1975), dont le héros est le poète guerrier Agrippa d'Aubigné.

Liberté, fraternité, simplicité, voilà ce qui lui importait de défendre au premier chef. Amoureux des Cévennes, et plus encore de ses gens, Chabrol leur a consacré plusieurs ouvrages: ainsi les récits du Crève-Cévenne (Plon, 1972), les témoignages illustrés de photographies d'Alain Gas de La Cévenne par ses gens (Arthaud, 1976), les Contes à mi-voix (1985) et plus récemment Les Mille et une Veillées, parues chez Laffont en 1997.

LT