Adieu Roger Hanin, restent le «beau-frère» et Navarro

France L’acteur français est décédé mercredi

Roger Hanin avait-il suivi, ces derniers jours, les débats du procès du Carlton à Lille? Le comédien français, décédé mercredi à 89 ans, y aurait à coup sûr retrouvé une atmosphère et des personnages proches de ceux qu’il incarna au cinéma, puis à la télévision, à partir des années 1960. Né à Alger, Roger Levy, alias Roger Hanin, campa souvent des rôles de solide gaillard aux prises avec l’ordre public: soit du côté du crime organisé comme dans Le Grand Pardon d’Alexandre Arcady – dans lequel il est Raymond Bettoun, le patriarche mafieux –, soit du côté de la police, en tant que commissaire Navarro, dans la populaire série télévisée de TF1 dont le dernier épisode fut tourné en 2008.

Filmographie populaire

Au-delà de sa carrière d’acteur, Roger Hanin incarnait surtout une France aujourd’hui, âge oblige, en voie de disparition: celle des générations issues des années dorées de la colonisation en Algérie, marquées de façon indélébile par le drame des «pieds-noirs». Celle, surtout, des années 1980, sur lesquelles régnait celui dont il avait épousé le sillage: François Mitter­rand, son beau-frère par alliance.

Le Paris des intellectuels et des critiques de cinéma souriait des personnages de «beauf» joués par Hanin, devenu en 1958 l’époux de Christine Gouze, dont la sœur cadette, Danièle était, elle, déjà unie au futur président de la République. Populaire par sa filmographie et ses répliques, il l’était aussi par son engagement politique qui l’amena, après avoir été dans les coulisses culturelles du PS durant les deux septennats Mitterrand, à frayer à la fin avec le Parti communiste. Il eut notamment maille à partir avec le fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, qu’il avait traité de «nazi» en 1990. Accusé d’avoir profité de ses connexions familiales, le «beauf» avait aussi de fortes convictions.