Bandol

«Notre Bandol est joli, mais il faut aller chercher la verdure, le hamac sur le dos, à près d'une heure: tout cela est d'un aspect incendié – une terre africaine trouée par son ossature de granit gris. Je préfère bêtement le feuillage, qui, maritime, est si délicieux.» (Stéphane Mallarmé)

Cassis

«Par-ci, par-là une maison aux arêtes vives, passée à la chaux blanche, jaune ou bleue, les volets étroitement fermés, entourés de sentiers plats et même, une fois, de rangées de giroflées. Partout une propreté, une netteté incomparables.» (Virginia Woolf)

L'Esterel

«Même pour ceux qui ont vu la Suisse et la Savoie, c'est une belle chose que la montagne de Fréjus, couverte par les sombres verdures de l'Esterel.» (Victor Hugo)

Grasse

«Grasse dépasse tous les endroits que j'aie jamais vus! La vieille ville est d'un seul côté de la rue principale, et déroule sur la pente les anneaux d'un labyrinthe. Une décrépitude superbe et très vivante.» (Henry Miller)

Golfe-Juan

«Lundi 24 juillet, Golfe-Juan. En panne sur cette immonde Côte d'Azur. Climat léthargique, gens affreux, vulgarité suffocante.» (Jean-René Huguenin)

Menton

«Notre virée à Menton fut une catastrophe ruineuse! Le climat, les beaux-parents, les journalistes, le logis! Du cabanon surchauffé! L'hystérie à son comble! Nous nous sommes enfuis! Horrifiés!» (Louis Ferdinand Céline)

Nice

«Nice est un paradis. Le soleil s'étend sur tout, comme une couche d'huile; les papillons et les mouches sont en quantité innombrable, l'air est estival. Une paix absolue…» (Nicolas Gogol)

«Comment décrire la beauté du pays? Tout est si petit, proche, exquis et fertile. Riche terre rouge des jardins en terrasses sur les pentes escarpées, orangers et citronniers, champs d'oliviers, minuscules maisons roses ou couleur de pêche.» (Sylvia Plath)

«La culture ici suinte par toutes les vitrines de boutiques, de tous les paniers d'osier; chaque chien a l'odeur de la civilisation.» (Anton Tchekhov)

Saint-Tropez

«Nichons peinturlurés pantalons d'Arlequins/ panamas sombreros de tous les acabits/ blasons de princes fortunés candidats masochistes/ soi-disant écrivains/ comédiens du jour/ compissent la mer et jettent de petits cris/ en paneuropéen:/ hou-hou-hou-hou!» (Odysseus Elytis)

Vence

«De ma fenêtre, je vois parfois sur la petite place plusieurs Rolls-Royce dont les propriétaires achètent du lait ou des crevettes au marché. Des Rolls-Royce, et aussi des Jaguar.» (Witold Gombrowicz)

Extraits de «La Côte d'Azur des écrivains»