Performance

African Ghost Valley et «The Thing», l’effroi et les ondes

Au Spoutnik de Genève, le duo d'expérimentateurs mettra en musique une version ralentie à l'extrême de la bande annonce du film de John Carpenter

Quel est le but d’un trailer – ou «bande-annonce», en vieux français? Donner en un minimum de plans plus ou moins désaccordés l’envie de se laisser choir sur le fauteuil d’une salle de cinéma. Cette forme codifiée jusqu’à la caricature de message commercial semble appeler presque d’elle-même le détournement: l’humour plus ou moins potache s’en était déjà emparé; c’était moins le cas de la musique, jusqu’à ce qu’on apprenne que le Spoutnik de Genève mettait à l’affiche une performance du duo African Ghost Valley, «Stretching The Thing», dont la tâche consistera à mettre en musique un trailer extrêmement ralenti de cette œuvre de pur effroi réalisée par John Carpenter en 1982.

La lumière antarctique, les images semi-mobiles, les transitions effilochées entre plans et les effets de brouillage qu’on découvrira à cette occasion devraient offrir un terrain de jeu de choix pour le duo genevois, tant sa musique se bâtit selon des canons qui oscillent entre le rêve et la conscience partielle – imaginez une forme d’ambient qui serait paradoxalement bousculée, partiellement désarticulée, grouillant d’animalcules électroniques et vibratiles. Bienvenue dans un monde de lisières.


Cinéma Spoutnik. Place des Volontaires 4, Genève. Vendredi 4 novembre à 20h30. Rens. spoutnik.info

Publicité