jazz

Ahmad Jamal en images

La dernière mouture du trio d’Ahmad Jamal est un… quartette, qu’il faut voir autant qu’entendre

Ahmad Jamal en images

La dernière mouture du trio d’Ahmad Jamal est un… quartette, qu’il faut voir autant qu’entendre

Genre: JAZZ
Qui ? Ahmad Jamal
Titre: Live In Marciac
Chez qui ? (1 CD + 1 DVD Jazz Village/Musicora)

Si vous êtes de ceux qui sont sortis irradiés du concert donné par Ahmad Jamal au Victoria Hall de Genève en février 2014, ce CD est pour vous. Si vous n’en êtes pas, il vous est encore plus destiné, vous qui auriez pu passer à côté d’une (mais il y en a plusieurs) des quintessences du pianiste. Celle-ci a la particularité d’être, vraisemblablement, l’une des toutes dernières, Jamal affichant tout de même 84 printemps au moment de cette apparition au festival de jazz de Marciac 2014, sept mois après son escale genevoise. On dit CD, mais il faudrait dire DVD, ce dernier étant offert en bonus dans le même boîtier et pour le même prix. Et il arrive ici ce qui est courant avec les musiciens de jazz: l’image ajoute à la musique tout autre chose qu’une glose parasitaire, la vaine agitation de potiches animées dont tout l’art s’adresserait à l’oreille. Il y a entre le pianiste et ses trois prolongements émotionnels et interactifs (Reginald Veal à la contrebasse, dont d’ailleurs la version CD gomme l’épique solo de «Morning Mist», Herlin Riley à la batterie, Manolo Badrena aux percussions) une connivence si visiblement explicite qu’elle en devient voie d’accès au mystère de la création musicale. Jamal, en démiurge raffiné, suscite, gère, orchestre ces échanges de regards et de mimiques, les distribue en une sorte de chorégraphie de sourires qui assurent à la musique une part importante de sa respiration, et donc de sa force spirituelle. C’est du tout grand art, et on rêve de ce qu’auraient pu apporter à tant d’autres jazzmen majeurs, si lamentablement filmés ou si honteusement ignorés de la pellicule, des images aussi vivantes et aussi chargées de sens.

Publicité