Après Monique Leaderach et Jean-Bernard Vuillème, Roger Favre est le troisième auteur neuchâtelois invité à traiter librement du thème du temps. Dédié à Denis de Rougemont, Ici est ailleurs relie trois paires de frères à deux cents ans de distance: l'auteur et son aîné conduisant l'attelage autour de la place du Marché du Locle, cet Abram-Louis Matthey-de L'Etang qui écrit à son cadet du Nouveau-Monde où il est parti à la demande du baron de Pury et enfin le duo des Perregaux, tous deux architectes. Leur point de ralliement à tous? Ouro Preto dans le Minas Gerais, ville qui ne peut se comprendre que par rapport à la ville du baron de Pury, «un peu comme le cerveau droit par rapport au gauche». Deux parties à ce récit vagabond qui doit plus aux courbes qu'à la ligne droite chère au Corbu: l'une historique et fantasmée (car on n'est pas sûr de l'existence d'Abram-Louis), l'autre journalistique et contemporaine. La chute est mélancolique: une silhouette s'éloigne, «et c'est tout le pays qui s'en va».