Cette année, le festival lyrique d’Aix-en-Provence est en fête. Huit productions dont deux créations mondiales et une version de concert, au lieu des cinq ouvrages traditionnels, c’est le pari et l’audace que Pierre Audi oppose à l’interruption de la saison passée. La reprise a été démultipliée pour fêter les retrouvailles scéniques avec le public. Les trois premiers «blockbusters» du nouveau cru viennent d’être présentés en salle. Trois ouvrages classiques majeurs de Mozart, Verdi et Wagner permettent de reprendre en grand le cours de la vie lyrique festivalière.

Lire aussi: Olivier Py: «Le théâtre permet de recoudre les blessures du monde»