Pour André Breton, cité en exergue du nouvel ouvrage d’Alexandre Voisard, «les mots font l’amour». Sous la plume du Jurassien né en 1930 à Porrentruy aussi. Orpailleur, le poète attend patiemment que les mots surgissent et viennent le visiter, ce sont ses «alertes». Il leur rend hommage dans L’Ordinaire et l’aubaine des mots (Empreintes). Pas question ici de jongleries verbales: les mots chez Voisard ne se contentent pas d’être beaux, ils sont un viatique pour rejoindre le monde; ils nous font la courte échelle, permettent de passer à guet le torrent de l’émotion et de l’indicible. Grâce au poète, ils font chair à nouveau.

Lire aussi:Alexandre Voisard, l'enfance retrouvée