«Ce n’est pas un film, c’est la réalité», répétait Alexeï Navalny à qui voulait bien l’entendre après son empoisonnement en août 2020. Cette réalité, Daniel Roher en a fait un documentaire, sorti dans les salles suisses mercredi. Pendant des mois, il a suivi l’opposant russe, «celui que Poutine n’a pas réussi à tuer», lors sa convalescence dans les montagnes de la Forêt-Noire. Une parenthèse presque paisible dans la vie du plus célèbre opposant russe qui, en compagnie du journaliste d’investigation Christo Grozev, mène une enquête acharnée: faire la lumière sur la tentative de meurtre dont il a été victime.