Sa mère la filme dans leur maison de vacances du Connecticut, le 5 août 1992, avec un caméscope tremblotant. Dylan a 7 ans. Elle raconte ce qu’elle dit avoir subi la veille: «Il m’a emmenée dans l’attique. Il a touché mes parties intimes, et ensuite a respiré sur ma jambe. Puis, il m’a serrée si fort que je ne pouvais pas respirer.» Cet extrait vidéo fait partie du documentaire Allen v. Farrow, en quatre épisodes, diffusé ces jours sur HBO – en Suisse et en France sur OCS – et qui revient sur les accusations de Dylan Farrow, aujourd’hui âgée de 35 ans, contre son père adoptif, le réalisateur Woody Allen. Il choque et dérange. «Quand j’étais dans le grenier, il m’a dit: «Ne bouge pas. Je dois le faire.» Mais j’ai remué mes fesses pour voir ce qu’il faisait. Il a dit, «Ne bouge pas. Je dois le faire. Si tu restes tranquille, on pourra aller à Paris», raconte la fillette blonde dans un autre extrait.

Lire aussi: Woody Allen, mémoires d’un amant malchanceux