Amanda Cross

A propos de Max

Trad. de Corinne Faure-Geors

Rivages/Mystère, 200 p.

Kate Fansler a l'érudition distinguée – et bostonienne – d'une professeur de littérature. Un jour, dans sa retraite au fond des bois, débarque son collègue Max, qui souhaite qu'elle l'accompagne chez la romancière Cecily Hutchins récemment décédée, et dont il est l'exécuteur testamentaire et le biographe désigné. Sur place, ils découvrent le corps d'une étudiante de Kate, qui n'aura de cesse de comprendre le pourquoi de cette mort. Point ici, dans A propos de Max, de sanglante plongée dans les tréfonds d'une société corrompue et violente. Simplement du suspense, de l'humour et des retournements de situation. Des matchs de basket de son neveu Léo aux archives de la romancière, de Boston aux collèges d'Oxford, Kate Fansler dénoue peu à peu les fils de l'intrigue, et notamment ceux qui entourent la vie d'un trio de jeunes Anglaises du début du siècle, féministes et avant-gardistes. Comme à son habitude, Amanda Cross fait preuve dans ce roman – écrit en 1976 – de ce style ciselé et érudit, propre à une génération d'auteurs anglo-saxonnes, devenues reines du roman policier à intrigue. «Charming indeed.»