Leurs visages sont peints de dessins délicats, presque abstraits, réalisés à l’aide d’extraits naturels. Ils portent d’élégantes tuniques en coton appelées «kushma», qu’ils tissent eux-mêmes; les hommes arborent également une bande de tissu qui ressemble à une cravate et des chapeaux de paille ronds couronnés de plumes. Lointains descendants des Incas, les Ashaninka forment une communauté de plus de 100 000 personnes. Trois mille d’entre eux vivent au Brésil, dans l’Etat d’Acre, le reste en grande majorité au Pérou, où ils se sont réfugiés sur les hauts plateaux sous la pression des envahisseurs espagnols. A la fin du XIXe siècle, ils ont dû faire face à l’arrivée sur leur territoire de dizaines de milliers d’extracteurs de caoutchouc, suivis par des forestiers puis des éleveurs de bétail.