Dub-ambient

Ambient Dub Vol. 1, par Bill Laswel

Le bassiste new-yorkais, fasciné autant par l’avant-garde de type John Zorn que par ces jeunes gars qui déboulent du Bronx en 1980 pour diffuser le rap. Bill Laswell a tout produit, reconstruit les bandes perdues de Bob Marley et Miles Davis, fabriqué des stars et embaumé des géants. Il est cette âme à tout faire que l’industrie du disque vénère pour sa prolixité. Il a beaucoup pris à la manière Sly & Robbie, et plus généralement à la Jamaïque: une adoration pour les grosses basses huileuses bien entendu. Mais surtout, ce travail de chirurgien sur les bandes, les échos, les boîtes à rythme, dont Kingston s’est fait au détour des années 70 le laboratoire définitif. A Montreux, Bill Laswell précède Sly & Robbie sur la scène du Miles Davis Hall. C’est un signe.

Le bassiste new-yorkais, fasciné autant par l’avant-garde de type John Zorn que par ces jeunes gars qui déboulent du Bronx en 1980 pour diffuser le rap. Bill Laswell a tout produit, reconstruit les bandes perdues de Bob Marley et Miles Davis, fabriqué des stars et embaumé des géants. Il est cette âme à tout faire que l’industrie du disque vénère pour sa prolixité. Il a beaucoup pris à la manière Sly & Robbie, et plus généralement à la Jamaïque: une adoration pour les grosses basses huileuses bien entendu. Mais surtout, ce travail de chirurgien sur les bandes, les échos, les boîtes à rythme, dont Kingston s’est fait au détour des années 70 le laboratoire définitif. A Montreux, Bill Laswell précède Sly & Robbie sur la scène du Miles Davis Hall. C’est un signe.

Publicité