Livres

Amélie Nothomb revisite la vie du Christ

L’auteure belge imagine un Jésus décidé à régler ses comptes avec son père. Une fiction jubilatoire, qui n’étanche toutefois pas la soif du lecteur

Jésus de Nazareth raconte son procès, son chemin de croix et sa crucifixion. Il regrette l’idée de son père de l’avoir fait crucifier pour le bien de tous. Le Christ de Soif pense à rebours des dogmes. La gourmandise? Une très belle chose. Et au cas où vous l’ignoriez, le fils de Dieu a aimé Marie-Madeleine. «On est quelqu’un de meilleur quand on a eu du plaisir, c’est aussi simple que cela.»

Le Fils reproche au Père de ne pas connaître l’amour: «L’amour est une histoire, il faut un corps pour la raconter.» Paradoxalement, on peut reprocher au Christ de Nothomb de manquer d’incarnation, de mystère et de vie. C’est un être de papier. C’est ce qui empêche ce roman d’atteindre la profondeur qu’il revendique: ce monologue expose des idées, il ne les fait pas ressentir de l’intérieur et suscite peu d’émotion. Comme si on lisait le synopsis d’un roman qui resterait à écrire.