#Un jour, un tweet

Amours contrariées et censurées

Le Festival de Cannes, c’est des stars et du glamour. Mais s’il est aussi important, c’est pour sa défense d’un cinéma engagé et de réalisateurs qu’on aimerait faire taire

Jusqu’au 19 mai, le hashtag #Cannes2018 sera l’un des plus utilisés sur Twitter. Chaque jour, parmi les milliers de gazouillis générés par le festival, «Le Temps» en retient un, prétexte à parler de Cannes, du cinéma, mais pas seulement.

#Un jour, un tweet

Chronique 1/12: Séries industrielles contre cinéma poétique


L’Egyptien Abu Bakr Shawky fait cette année partie des 21 cinéastes en lice pour la Palme d'or, et on ne peut que s’en réjouir, tant l’Afrique a toujours été le parent pauvre de la compétition officielle. Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, la seconde section compétitive du Festival de Cannes, Un Certain Regard, a invité un long-métrage kényan réalisé par une femme, Wanuri Kahiu. Avant même sa projection, Rafiki a beaucoup fait parler de lui. Parce qu’il s’agit de la première production kényane officiellement sélectionnée, mais surtout parce qu’il est, dans son pays, interdit.

Rafiki raconte une histoire d’amour entre deux jeunes filles. Cela pourrait sembler banal, ça ne l’est pas. Le Kenya est un pays encore profondément homophobe, l’homosexualité y étant considérée au mieux comme une maladie importée de l’Occident, au pire comme un crime à punir. Au-delà de l’émouvante romance qu’il dépeint, et malgré quelques maladresses dans sa construction dramatique, Rafiki est un film important par sa portée politique. Si les stars surmédiatisées qui chaque soir foulent le tapis rouge perpétuent la perception du Festival de Cannes comme temple du glamour, il ne faudrait pas oublier que la Croisette a toujours été un refuge et une vitrine pour des cinéastes censurés, voire menacés, sur leurs terres.

Ces prochains jours, les longs-métrages du Russe Kirill Serebrennikov et de l’Iranien Jafar Panahi seront montrés en leur absence, les deux cinéastes étant frappés d’une interdiction de quitter leur pays. Wanuri Kahiu pourrait elle aussi payer cher sa sélection cannoise.

Publicité