Les amis des zombies ne la verront plus, silhouette frêle, parole d’abord timide mais peu à peu ferme, quand elle présentait des films, introduisait des cinéastes, ou lorsqu’elle animait des questions-réponses – même à 1h du matin – sur les scènes des cinémas de Neuchâtel. Ce jeudi, Anaïs Emery annonce son départ du Festival du film fantastique de Neuchâtel, le NIFFF, dont elle est la cofondatrice. Elle va prendre la direction du Festival international du film de Genève, le GIFF, ex-Tous Ecrans.

La jeune femme explique que son choix n’a aucun rapport avec la crise actuelle. Le NIFFF aurait dû fêter sa 20e édition en fanfare cette année: elle avait choisi de prendre le large à cette occasion. Elle pense en outre que le défi de base du festival, la reconnaissance du genre, a été relevé, tout au moins en grande partie.