S’il est un pianiste au sommet de ses moyens, c’est bien András Schiff. Le pianiste austro-hongrois, 65 ans, a paru au meilleur de lui-même dans la Fantaisie opus 17 de Schumann et une splendide Sonate Waldstein interprétées en seconde partie vendredi soir à Genève.

Lire aussi: Sir András Schiff, grand sage du clavier