Parler de «réinvention» est devenu un cliché en musique, celui qu’on brandit dès qu’un artiste fait un pas de côté au cours de sa carrière. Difficile cependant de choisir un autre concept pour définir la nouvelle version d’Angel Olsen. La jeune Américaine de 32 ans a en effet balayé le folk originel de ses débuts et les échappées rock de My Woman, son disque précédent, pour aujourd’hui basculer dans le grandiose.

All Mirrors, son quatrième album, nous offre un déluge de cordes et de synthés au service de compositions plus inspirées que jamais. Des gifles à répétition, atmosphériques et surpuissantes, à couper la respiration, pour l’un des grands chocs du dernier automne. Comment en est-elle arrivée là où pas grand monde ne l’attendait?