Même si la couleur est officiellement inaugurée le 1er octobre 1968, ce n'est qu'en mars 1973 que le journal télévisé franchit le pas. Mais peu de Romands y prêtent attention. Dans le souvenir de la plupart des téléspectateurs, les grandes émissions de la décennie sont encore en noir et blanc parce que leur téléviseur l'était!

Sans rivale sérieuse, pas encore soumise aux lois de l'audimat et traversée par le climat libertaire d'après 68, la TSR connaît sa décennie la plus créative, celle qui voit s'affirmer des magazines critiques comme Temps présent, Affaires publiques ou A bon entendeur et naître plusieurs divertissements ambitieux comme Les Oiseaux de nuit (1974) ou Spécial Cinéma (1974). Une décennie qui aime Le Chirurgien de Saint-Chad, feuilleton tourné par Paul Siegrist avec le beau Jean-Claude Pascal, autant que les documentaires à caractère social comme Vivre en usine.

Les années 70, c'est aussi la grande période des jeux: A vos lettres animé par George Hardy ou Le Francophonissime, avec Michel Dénériaz. Les enfants découvrent, quant à eux, Blanche et Gaspard, l'oie rusée et le renard grugé. «Un jour, je me suis retrouvée aux urgences de l'hôpital. Un jeune médecin m'a auscultée sans rien dire avant d'aller chercher un de ses confrères. Je me suis dit: «Aïe, cela doit être grave!». Les deux se sont approchés de moi et m'ont dit: «Madame, vous avez enchanté notre jeunesse.» Ils avaient reconnu la voix de Blanche», sourit Lise Lachenal. Les deux médecins se souvenaient également de Raphaël Carreras, le Monsieur Science des petits, et de Pierre Lang l'ami des animaux.

Glorieuse, la décennie avait pourtant commencé par une grève de vingt-quatre heures, le 4 octobre 1971. Cette journée se soldera par six licenciements avec effet immédiat. Pour beaucoup, cet événement marquera le moment où la télévision a basculé de l'artisanat à l'industrie.