Le Temps d'un café

Annette Hug, héroïne des confins

Forte de sa passion pour les Philippines, Annette Hug a mis au jour des liens mystérieux entre Guillaume Tell et José Rizal, deux héros, l’un suisse, l’autre philippin. Dans «Révolution aux confins», des jonques naviguent sur le lac des Quatre-Cantons et la jungle est aux portes d’Altdorf

Savez-vous qu’il existe dans les rayons des bibliothèques, à l’autre bout du monde, une mer des Quatre-Cantons? Savez-vous qu’un certain Guillermo Tell y navigue? Savez-vous que le pacte des trois Suisses, là-bas, est prononcé en tagalog? Savez-vous qu’un certain José Rizal (1861-1896), héros national philippin, a traduit dans cette langue l’épopée du héros suisse, Guillaume Tell, telle que l’a racontée Friedrich Schiller?

Ces extraordinaires correspondances qui relient par les textes, les paysages et les révoltes la Suisse centrale et les Philippines ont été mises en littérature par Annette Hug. Cette Zurichoise leur a consacré un premier roman étonnant, Révolutions aux confins, Prix suisse en 2017, aujourd’hui remarquablement traduit en français par Camille Luscher. Or la découverte de ces liens mystérieux entre la Suisse et les Philippines est étroitement liée à sa propre histoire.