Comme Alice passe de l’autre côté du miroir, il faut aller derrière le rideau de cette petite librairie de province. C’est là qu’Annie va rencontrer des militantes du MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception), fondé en 1973 et destiné notamment à aider les femmes qui le souhaitent à avorter, ce qui est alors illégal – la loi Veil ne sera adoptée qu’en 1975. Annie est ouvrière, mariée, mère de deux enfants. De nouveau enceinte, ce n’était pas prévu, elle sait que la famille ne pourrait financièrement porter le poids d’un enfant de plus. Avorter est la seule solution.