Lorsque nous avions sonné à sa porte, le 27 juin dernier, Annie Ernaux s’était révélée une grande dame. Les détails ne trompent pas. Ironie du sort, elle nous confiait espérer ne pas recevoir de Nobel, récompense qu’elle jugeait «écrasante». «Personne ne comprend que je n’aie pas envie de l’avoir. Cette distinction maximale, ce n’est pas ce que je recherche.»