Artiste à la capacité créatrice presque démiurgique, Anselm Kiefer a hésité, dans sa jeunesse, entre le métier d’écrivain et celui de peintre. Devenu un plasticien mondialement reconnu, il n’a pas renoncé aux livres pour autant. D’abord parce que c’est dans la fréquentation quotidienne des poètes et des philosophes qu’il puise son inspiration. Ensuite parce qu’une grande partie de sa production depuis 1968 consiste à créer des livres d’artiste à exemplaire unique. Le plus souvent, ces derniers ne comportent pas de mots, mis à part leur titre; ils sont faits de peintures, de collages, de photographies, d’aquarelles. Leurs pages se regardent comme des tableaux.

Plus de 30 livres sont exposés à Montricher. On découvre, dans des vitrines créées sur mesure, un volume d’aquarelles érotiques, La mer Rouge, voisinant avec un hommage à Jean Genet, Pour Jean Genet, associant photographies, gouache et roses séchées. D’autres ouvrages sont réalisés à partir de photographies prises par Kiefer, retravaillées avec du sable, l’ajout de cheveux ou de pièces de vêtements. La matérialité, dans sa fragilité, est toujours mise en avant. C’est le cas de la série des Univers-îles. Les feuillets assemblés ont été enduits de plâtre puis travaillés à l’aquarelle et au fusain, le visiteur y découvre des paysages, des galaxies abstraites d’une grande beauté, et peut littéralement s’y immerger.