Quand on ne peut pas aller en soirée, pourquoi ne pas accueillir une soirée chez soi? C’est à peu de chose près le pari que fait Antigel pour sa 11e édition. Cette année, pas de foule entassée dans une caserne des Vernets aux airs de friche industrielle berlinoise. Si les soirées du Grand Central ont toujours été synonymes de lieux insolites, l’édition 2021 battra peut-être des records en faisant danser les fêtards… entre la table basse et le ficus de leur salon.

Pour le moment, l’événement organisé en collaboration avec Shap Shap et le Motel Campo est le seul événement musical du festival à résister au Covid-19. Il a cependant subi diverses mutations au gré des annonces du Conseil fédéral, avant d’être finalement complètement dématérialisé, détaille Thuy-San Dinh, codirectrice du festival Antigel: «Le plan A était de faire un «bar Grand Central» dans un ancien cinéma. Puis nous avons pensé faire un centre de bien-être, de jour, avec du yoga. Au vu de la situation actuelle, nous avons finalement dû opter pour des soirées en streaming sans rassemblement.»

Tour du monde musical

Cette troisième solution est finalement ce qui se rapproche le plus de la vocation première du Grand Central: être un dialogue entre Genève et le reste du monde avec le clubbing comme langue commune. Pour cela, Antigel peut compter sur sa collaboration avec le Motel Campo et Shap Shap, l’association de Mélanie Rouquier, qui invite depuis six ans des artistes et collectifs émergents venus des quatre coins du monde. Cette année encore, le public pourra profiter des fameuses soirées What’s Up, mettant en avant les DJ de scènes musicales ayant peu de visibilité à l’international.

A lire: Antigel brisé ne capitule pas à Genève

«Pour cette édition, nous allons enfin pouvoir mettre l’Amérique centrale à l’honneur, notamment grâce à Anita Kirppis, DJ et curatrice salvadorienne qui vit à Genève. Le Brésil sera représenté par le collectif Batekoo, l’Afrique du Sud par Cuss avec qui on travaille déjà depuis quelques années, et Genève par Maïté Chénière, alias Mighty» se réjouit Mélanie Rouquier.

Seul bémol: impossible cette année de faire se rencontrer les différents collectifs. D’habitude, Antigel était aussi l’occasion d’organiser des résidences d’artistes, avec des rencontres et collaborations à la clé: «J’aurais adoré pouvoir connecter Batekoo avec toute la clique de Maïté Chénière. Mais les rencontres se feront quand même, elles seront simplement virtuelles», tempère Mélanie Rouquier.

Plateforme expérimentale

Le Grand Central version coronavirus se veut néanmoins plus qu’une solution de secours. Une soirée sur écran ne remplace évidemment pas une nuit à taper du pied et une rentrée au petit matin, mais elle n’en a pas non plus l’intention. «Le streaming permet de proposer une expérience différente au public. Les artistes ne préparent pas leur set de la même manière que pour faire danser une foule de 1000 personnes. Cela permet de leur offrir un espace de création plus expérimental», illustre Mélanie Rouquier. Plus prosaïquement, cet événement permet aussi aux DJ de partager à nouveau leur musique et de sortir de leur studio après de longs mois sans aucune date à se mettre sous la dent.

Pour l’occasion, le festival a apprêté une des salles du Motel Campo pour accueillir les artistes suisses de cette édition. Ambiance ultra-intimiste avec quelques techniciens et des DJ qui se relaient au compte-gouttes derrière les platines, mesures d’hygiène obligent. «On est passé du Grand Central le plus gigantesque jamais organisé à un projet radio sans public. Même l’entourage des artistes ne peut pas assister à leur performance», regrette Frédéric Post, fondateur et responsable du Motel Campo. C’est malgré tout l’occasion de faire revivre un lieu qui n’a pas accueilli de soirées depuis fin juillet 2020. La solution du tout streaming n’a néanmoins pas vocation à perdurer: «Antigel est avant tout un festival d’arts vivants. C’est important de proposer ce concept cette année, mais il faut que cela reste temporaire et dans une certaine limite. Toutes les propositions culturelles ne peuvent pas être remplacées par du streaming.»


Antigel, soirées Grand Central en streaming, du 5 au 27 février.