Quand on ne peut pas aller en soirée, pourquoi ne pas accueillir une soirée chez soi? C’est à peu de chose près le pari que fait Antigel pour sa 11e édition. Cette année, pas de foule entassée dans une caserne des Vernets aux airs de friche industrielle berlinoise. Si les soirées du Grand Central ont toujours été synonymes de lieux insolites, l’édition 2021 battra peut-être des records en faisant danser les fêtards… entre la table basse et le ficus de leur salon.

Pour le moment, l’événement organisé en collaboration avec Shap Shap et le Motel Campo est le seul événement musical du festival à résister au Covid-19. Il a cependant subi diverses mutations au gré des annonces du Conseil fédéral, avant d’être finalement complètement dématérialisé, détaille Thuy-San Dinh, codirectrice du festival Antigel: «Le plan A était de faire un «bar Grand Central» dans un ancien cinéma. Puis nous avons pensé faire un centre de bien-être, de jour, avec du yoga. Au vu de la situation actuelle, nous avons finalement dû opter pour des soirées en streaming sans rassemblement.»