La réalité rattrape Hippocrate. La série médicale de Canal+, avec Louise Bourgoin en vedette, a commencé mi-janvier le tournage de sa deuxième saison. Il a été interrompu. Le feuilleton créé par Thomas Lilti après son long métrage du même titre avait clairement convaincu lors de sa première saison, en 2018. L’équipe s’est retrouvée dans son décor, un vrai hôpital désaffecté, pour une durée de six mois; las, comme d’innombrables tournages ces temps, en raison des consignes de sécurité sanitaire, l’aventure est interrompue.

A l'origine, un virus

Et dès lors, on se rappelle que l’ensemble de la première saison d’Hippocrate reposait sur… un virus. Si le groupe d’internes (médecins assistants) qui est au cœur de cette fiction se retrouvait soudain aux commandes de différents services, si ces jeunes devaient brutalement prendre les choses en main dans un hôpital aux moyens branlants, si le propos de Thomas Lilti pouvait s’appuyer sur cette situation extraordinaire, c’est parce qu’à l’orée de la saison 1, les chefs de service étaient confinés. Revenus d’un voyage, ils étaient suspectés d’avoir contracté un virus les empêchant, par prudence, de rejoindre leur établissement.

Notre critique (enthousiaste) de la saison 1: «Hippocrate», la meilleure série médicale depuis «Urgences»

Les failles du système

C’est ainsi qu’Hippocrate a pu construire son intrigue, ses arcs narratifs et ses tensions. Les jeunes, les représentants de la relève médicale, se retrouvent à devoir tenir la boutique, et découvrent à quel point, faute de moyens, ladite boutique est boiteuse – malade, même, avant même d’accueillir les patients.

Avec un talent jamais faiblissant, les actrices et acteurs Alice Belaïdi, Karim Leklou, Zacharie Chasseriaud et Louise Bourgoin, avec aussi Anne Consigny, ont incarné, pendant huit épisodes passionnants, ces débutants propulsés timoniers par temps de crise. Avec cet artifice narratif, c’est une partie des systèmes de santé européens, au-delà de leurs différences, qui est apparue en pleine lumière grâce à la fiction. Ces jours, si on le peut, après avoir applaudi à 21h, il vaut la peine de (re)découvrir Hippocrate.

Retrouvez tous nos articles sur les séries


«Hippocrate». Une saison de huit épisodes. Sur Canal+ et en DVD.