Exposition

Apprendre en explorant

Alors que la logique de performance s’impose aussi dans le domaine de la petite enfance, l’exposition «Découvrir le monde», au Musée de la main de Lausanne, insiste sur l’importance du développement des plus petits

L’enfant, un être complexe doté d’une curiosité sans limite. Imaginée par l’association La Voix pour la Qualité et mise en œuvre avec le soutien de professionnels et organismes de la petite enfance, l’exposition Découvrir le monde fait expérimenter le fascinant voyage des tout-petits vers l’exploration de leur univers. Elle pense l’enfant comme un acteur singulier au sein de la collectivité, et offre de nombreux exemples d’accompagnement dans son développement au sein de sa famille et des structures d’accueil.

Après Bellinzone, Liestal et Carouge, ce projet national et itinérant est visible à Lausanne, au Musée de la main, avant de se déplacer à Saint-Gall puis Winterthour. Entre lectures, expositions et conférences, il propose des découvertes sensorielles sur fond de réflexion, d’amusement et d’apprentissage. «L’intention était de donner une place à l’enfant pour qu’il puisse explorer, découvrir et manipuler en toute sécurité», explique Annelyse Spack, professeure à la Haute Ecole de travail social et de la santé de Lausanne.

Terrain de jeu interactif

Au début de l’exposition, plusieurs installations conçues comme un véritable terrain de jeu. On y aperçoit un tunnel rouge dont on ignore l’issue. Un petit garçon y plonge la tête la première. «Les enfants arrivent et ils expérimentent tout de suite. Tout est pensé sur le plan de l’interactivité», assure Annelyse Spack. Un peu plus loin, plusieurs photos sur le thème de la famille recomposée sont présentées. On y retrouve des clichés récents, d’autres plus anciens sur les foyers et leur histoire. Non loin, deux petites filles s’amusent à fabriquer des familles avec des aimants en forme de visage. A proximité de chaque atelier, des écouteurs placés à la hauteur des tout-petits permettent une découverte auditive.

Si tout est pensé autour de l’enfant et de son développement, le parcours s’adresse aussi aux parents. Chaque installation est complétée par des textes, des tableaux statistiques, des données significatives et plus techniques autour de la petite enfance. «Ce travail a aussi vocation de s’adresser aux adultes. Les deux publics sont touchés et les familles peuvent comprendre le sens du jeu et des relations sociales», assure la professeure.

Pour Annelyse Spack, il fallait à tout prix écarter la logique de performance. «Il y a aujourd’hui beaucoup de questions sur l’avenir des enfants, sur leurs études. Les penseurs de cette exposition ont redonné une place à l’autonomie des plus petits sans cette logique de performance», précise-t-elle. Plus de 20 000 visiteurs l’ont déjà vue durant ses premières étapes. «Cela montre que la question d’ouverture à l’enfant et le fait de lui donner une place sont importants.»


«Découvrir le monde», Musée de la main, Lausanne, jusqu’au 6 janvier 2019.

Publicité