Lorsque le producteur et scénariste gallois Russel T Davies lance le 22 janvier It’s a Sin, minisérie télévisée consacrée à cinq jeunes à Londres dans les années 80 au début de la crise du sida, éprouvant un vif besoin de réalisme, il n’engage que des comédiens homosexuels. «Vous ne prendriez pas un acteur non handicapé pour l’asseoir dans une chaise roulante, vous ne noirciriez pas un comédien blanc, affirme-t-il. L’authenticité nous mène dans des endroits joyeux.» Selon lui, des personnages gays ne peuvent être joués que par des acteurs gays. Et tant pis pour Jake Gyllenhaal et Heath Ledger dans Brokeback Mountain.

Sia a maille à partir avec la communauté des personnes en situation de handicap pour avoir confié le rôle d’une adolescente autiste à la danseuse et mannequin Maddie Ziegler dans Music, son premier film. Accusée de «capacitisme», ce travers consistant à favoriser les gens valides, la chanteuse australienne explique que le rôle étant très stressant, très exigeant, elle a opté pour une comédienne neurotypique. Non sans insolence, elle souligne que, parmi ses autres acteurs, Kate Hudson n’est pas trafiquante de cocaïne et que Leslie Odom Jr. n’est pas né au Ghana.