Qui ? Christopher Holt
Titre: Le clan des chiens. T1: Sur la piste des hommes
Traduction d’Amélie Sarn
Chez qui ? Seuil Jeunesse. Dès 11 ans

Il y a eu une catastrophe, mais le lecteur ne sait pas laquelle; sanitaire, sûrement, à en croire les informations que récolte Max le labrador, héros de cette «dystopie canine»: car le récit met en scène une de ces contre-utopies chères à quelques auteurs d’aujourd’hui, et dans le monde imaginé par l’Américain Christopher Holt, on ne trouve que des chiens et des loups. Plus quelques chats et rats pour nourrir ces rescapés.

Où donc les humains ont-ils disparu? C’est la question qui va lancer Max et ses compagnons sur les routes, à travers des paysages apocalyptiques, des villes dévastées.

Dans cette première partie, l’accent est mis sur l’entraide, la débrouillardise, la survie à tout prix, les luttes de pouvoir, les microsociétés qui se créent et évoluent en factions autoritaires ou sectes dépersonnalisantes.

Les canidés sont bien campés, avec Rocky le teckel volubile qui ne pense qu’aux croquettes, Bidule le yorkshire malin qui se souvient de la tendresse de ses maîtres, et un Max courageux, entreprenant, et surtout déterminé à comprendre.

Ces 300 pages se lisent agréablement, même si quelques coups d’accélérateur auraient été les bienvenus. Et l’on fera donc ce qu’on attend de nous: lire le tome suivant pour connaître, peut-être, le fin mot de l’histoire.

Qui ? Anne Vantal
Titre: Rendez-vous en septembre
Gallimard Jeunesse/Scripto Dès 13 ans

Ils sont onze. Onze copains de classe qui viennent de passer le bac. L’été est à eux, et le lecteur va les accompagner, l’un après l’autre, un très court moment: une poignée d’heures, évoquées en quelques pages à peine.

Le récit ne s’attarde pas, l’écriture resserrée, empathique, les suit à tour de rôle comme cette ombre qu’ils perçoivent tous à leur côté, ces jeunes de 18 ans en train de devenir des adultes.

Anne Vantal, dans ce parti pris narratif étonnant, décontenançant dans un premier temps, puis convaincant, nous donne à voir un éventail de personnalités, de relations familiales, un florilège d’émotions, de sensations, et autant d’apprentissages d’indépendance, de tentative d’affirmer sa personnalité: Benjamin, Thibault, Leila, Juliette, Clémence… L’un d’eux mourra stupidement après une fête trop alcoolisée, et un dernier chapitre les réunira alors, pour une cérémonie où ces jeunes diront adieu à leur ami, mais aussi à beaucoup d’autres choses.