Il a fustigé l'absence de cachets versés aux chanteurs et musiciens qui se produisaient au festival Label Suisse organisé fin septembre à Lausanne par la Radio suisse romande (LT du 28.09.06). En relevant l'une des ambiguïtés d'une fête rassemblant quelque 600 artistes, Sarclo s'est montré d'utilité publique en mettant le service public devant ses contradictions.

Il n'a pas voulu tuer la manifestation mais plutôt mobiliser les troupes artistiques.

Opération réussie puisque ce jeudi soir, chez lui à Lausanne, le débat activé sur son blog (http://www.monblog.ch/label) se poursuivra par une réunion. Où les intervenants le plus souvent anonymes pourront se manifester, et formuler des propositions constructives à la Radio romande. «Je n'ai pas fait cela par calcul ou pour faire parler de moi. Mais qui l'aurait fait à ma place? Même la radio et Gérard Tschopp me sont reconnaissants. Au-delà de la gratuité des prestations, il est ubuesque que la RSR n'ait pas été foutue de faire un pass pour les musiciens; que les chanteurs suisses pas invités à s'y produire n'aient pu venir voir leurs collègues l'est aussi. Cela dénote un manque de réflexion et d'égards vis-à-vis de notre rôle.»