Alain Vaissade, chef du Département des affaires culturelles de la Ville de Genève (DAC), a voulu y mettre les formes, conviant la presse à assister à la signature du contrat dans le salon bleu du Palais Eynard, mercredi après-midi. Frédéric Hohl a été engagé pour reprendre la production de la Revue genevoise des mains de Pierre-André Sand. Ce dernier, à la suite de tensions, n'avait pas souhaité participer à la mise au concours pour le renouvellement triennal du mandat. Frédéric Hohl a donc été choisi parmi trois candidats seulement. Mais il est vrai que le poste est particulièrement profilé.

Et justement, Frédéric Hohl semble coller trait pour trait à ce profil très particulier qui combine des capacités de gestionnaire avec des qualités et des goûts artistiques spécifiques. Son parcours en témoigne. Elève de l'Ecole de spectacle Pineapple à Londres et du London School of Singing (fréquentées parce qu'à 17 ans il s'était passionné pour Fame), Frédéric Hohl a travaillé pour le Théâtre musical de Genève et la Revue de Servion avant de produire la Revue du P'tit Music'Hohl, concurrente méritante de la Revue du Casino-Théâtre, et d'assurer la programmation artistique des Fêtes de Genève et d'autres manifestations. Il a d'ailleurs présidé les Fêtes de Genève avant de devenir le directeur d'exploitation d'Expo.02. Apparaît aussi dans le curriculum de ce Genevois de 40 ans la gestion de quelques grands hôtels.

A chaque fois sorti de ces différentes tâches avec les honneurs, voilà donc Frédéric Hohl fin prêt pour la Revue. Il a présenté hier certaines de ses idées. Ainsi, un spécialiste des revues, un parolier, mais aussi des journalistes puiseront dans l'actualité pour écrire les sketches et chansons de l'édition 2003, d'ores et déjà prévue dans des décors d'inspiration cinématographique. Le nouveau producteur veut essentiellement profiter des talents artistiques locaux, y compris de ceux qui ont œuvré aux éditions de ces dernières années – voire ces dernières décennies comme Jo Johnny. Pour 2004, il imagine la création d'ateliers-théâtre en marge de la Revue et un jumelage avec une autre manifestation francophone identique. Et il souhaite aussi trouver de nouveaux sponsors pour améliorer son budget. El. C.