Presse écrite

Après la fin du «Matin», bras de fer social chez Tamedia

Même si la suppression du titre semble inéluctable, les employés du quotidien veulent éviter les licenciements et stopper l’hémorragie de personnel au sein du groupe

Les employés du quotidien Le Matin n’oublieront pas la date du 7 juin. Hier, à 10h, la direction les informait officiellement de la disparition de la version papier du journal créé il y a 125 ans.

En début d’après-midi, une trentaine de personnes se réunissaient à l’Hôtel Mirabeau, à côté de la tour Edipresse. Journalistes, graphistes, metteurs en page… Sur place, ils affichent tous une mine résignée. «Ce n’est pas une surprise, lâche une jeune femme. Mais quand ça arrive, c’est tout de même un choc.»

Dans son communiqué, Tamedia a avancé des chiffres pour justifier sa décision: l’éditeur zurichois parle de 6,3 millions de francs de perte pour Le Matin en 2017 et près de 34 millions au cours des dix dernières années. La situation présentée ainsi, la mort du titre au logo orange paraît inéluctable.

Lire également: Le crépuscule du «Matin»

Doutes quant à la viabilité du projet

Tamedia ne veut pas encore signer le certificat de décès, puisqu’une seconde vie lui est promise sur la toile. L’éditeur va en effet lancer une version numérique du journal, entièrement gratuite. Une nouvelle formule devrait voir le jour cet automne. Dans le détail, le site conservera «l’ADN du Matin, soit une information décalée, engagée et de proximité avec ses lecteurs», énumère Patrick Matthey, responsable de la communication de l’éditeur.

A l’interne, plusieurs sources doutent de la viabilité du projet. Surtout avec une équipe de 15 journalistes et des moyens très limités. Qui seront-ils? «Pendant la phase de consultation, les postes sont mis à disposition, note Patrick Matthey. Les gens de la rédaction du Matin pourront postuler pour lematin.ch. Mais on ne pourra bien entendu pas reprendre tout le monde.»

Lire aussi: La lecture dans les bistrots n’a pas suffi à sauver «Le Matin»

Grégoire Nappey, actuel rédacteur en chef du quotidien orange, qui planchait depuis plusieurs mois sur ce projet numérique, a renoncé. Il sera remplacé par l’un de ses adjoints, Laurent Siebenmann.

Pas de grève prévue

Un plan social est en négociation. «Au maximum 41 personnes», réparties entre les journalistes (18 en tout, dont 16 du Matin), les techniciens (17) et les journalistes sportifs (8), pourraient perdre leur travail. La rédaction envisage-t-elle de faire grève pour perturber la parution du journal, encore prévue jusqu’au 21 juillet?

Lire à ce propos: Sans les pages sportives du «Matin», un vide

«Pas pour l’instant, glisse un employé. Comme on ne sait pas encore qui sera viré, les gens sont sur la retenue, par peur d’être mis sur la liste des licenciés.» «C’est dégueulasse, lâche l’un d’entre eux. Ils veulent qu’on fasse le journal comme si de rien n’était, pour ne pas perdre les partenariats avec le Montreux Jazz ou le Paléo. Et puis ils tirent la prise… Je ne sais pas si j’arriverai à tenir le coup.»

Dominique Diserens, secrétaire centrale d’Impressum, veut croire que rien n’est encore joué. «Nous allons nous battre pour empêcher la fermeture du journal ainsi que ces licenciements», promet-elle. Dans l’assemblée, ces gesticulations ne convainquent personne.

Lire également: Unternehmenskommunikation mon amour

Procédure de conciliation en cours

Et ne font surtout pas ciller Tamedia. «Ce sont des décisions que la direction générale a prises. Nous n’allons pas revenir en arrière, ni changer nos plans», affirme Patrick Matthey, porte-parole de l’éditeur zurichois. Pietro Supino, directeur général, n’a pas pris le temps de répondre aux questions des médias jeudi.

Pour autant, la partie s’annonce délicate. Le personnel s’est adjoint les services de l’avocat Michel Chavanne pour les représenter dans les procédures à venir. Dans sa manche, un atout: la procédure de conciliation entre Tamedia et les employés liés au Matin, sous l’égide du canton de Vaud, a démarré il y a deux mois.

Son but: rétablir le dialogue entre l’éditeur et ses employés. Selon l’homme de loi, cette conciliation a un effet suspensif: tout le long de sa durée, les parties s’engagent à ne pas prendre de décision unilatérale dans le dossier. En annonçant malgré tout ses projets jeudi, «le groupe a commis une faute, estime Michel Chavanne. Ce qui rend les licenciements abusifs.»

«Vous pensez bien que l’on s’est renseigné, balaie Patrick Matthey. La loi dit qu’il est interdit aux parties de prendre des mesures comme une grève ou une mise à pied, mais pas d’annoncer des licenciements collectifs. On respecte la loi.» Une nouvelle séance de conciliation aura lieu vendredi matin.

La «grande patience» de Tamedia

Philippe Amez-Droz, économiste à l’Université de Genève et spécialiste des médias, estime que «Tamedia a fait preuve d’une grande patience en soutenant un titre qui allait mal depuis des années. Aujourd’hui en Suisse, l’offre est trop importante pour le nombre de lecteurs. La concentration va s’accentuer.»

Du côté des employés du Matin, on espère que le sort du journal suscitera un mouvement populaire fort et l’intérêt d’éventuels investisseurs prêts à lancer un projet médiatique populaire. Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat vaudois et cheffe du Département des infrastructures et des ressources humaines, se dit «touchée par les destins humains en jeu. Les licenciements s’alourdissent à ceux des années passées et je suis inquiète pour la profession.»

«Nous nous interrogeons sur les stratégies de ces groupes qui ont inventé le monstre qui les a mangés, à savoir les journaux gratuits, regrette-t-elle. Tout en isolant les petites annonces sur des sites ad hoc, dont la rentabilité n’est plus au service du contenu journalistique.» Elle exclut cependant des aides directes à la presse de la part de l’Etat.

Publicité