Les Oscars, plus grande soirée de l’année à Hollywood et apogée de la saison des prix du cinéma, ont couronné «La La Land» avec six récompenses dimanche. Longtemps critiquée pour son manque de diversité, la cérémonie a également été marquée par le sacre de deux acteurs noirs – Mahershala Ali et Viola Davis –, et l’Oscar du meilleur film attribué à «Moonlight» – après avoir été donné, par erreur, à «La La Land».

«Cette émission est regardée dans [plus de 200 pays] qui maintenant nous détestent», a lancé l’animateur Jimmy Kimmel en introduction, allusion à la politique anti-immigration du président Donald Trump. Il a encouragé les spectateurs à l’unité, allusion au climat politique de division aux Etats-Unis, et à «contacter une personne avec qui vous avez eu un désaccord».

A propos d’Isabelle Huppert, l’une des favorites pour la statuette de meilleure actrice grâce à «Elle», il a plaisanté: «Nous n’avons pas vu votre film» [en français] mais «nous l’avons adoré, nous sommes heureux que l’Agence de sécurité nationale vous ait laissé entrer.»

Pluie d’Oscars pour «La La Land»

En lice pour 14 trophées, «La La Land» ne repart qu’avec six statuettes. A 32 ans, Damien Chazelle décroche l’Oscar du meilleur réalisateur, devenant à 32 ans le plus jeune réalisateur ainsi distingué.

Quant à son actrice principale, Emma Stone, elle a reçu l’Oscar de la meilleure actrice, couronnant une ascension fulgurante. A seulement 28 ans, elle était en lice contre Isabelle Huppert («Elle»), Ruth Negga («Loving»), Natalie Portman («Jackie») et Meryl Streep («Florence Foster Jenkins»).

Justin Hurwitz a également été récompensé, avec deux Oscars, ceux de la meilleure bande originale et de la meilleure chanson originale. Des récompenses attendues pour ce compositeur qui a fait renaître et modernisé le genre désuet des comédies musicales, avec l’excellent «La La Land». Le film a également reçu l’Oscar des meilleurs décors et direction artistique, et celui de la meilleure photographie.

Lire aussi: Gloire aux rêveurs inoffensifs avec «La La Land»

«Moonlight», sacré meilleur film

«Moonlight» de Barry Jenkins a remporté l’Oscar du meilleur film, après que la plus prestigieuse récompense du cinéma américain a dans un premier temps été attribuée en direct à la télévision par erreur à «La La Land».

Deux producteurs de la comédie musicale, donnée favorite depuis des semaines, étaient déjà en train de remercier l’académie, quand l’un d’eux s’est rendu compte de l’erreur devant des centaines de millions de téléspectateurs: «Il y a une erreur, «Moonlight», c’est vous qui avez gagné le Prix du meilleur film.»

Casey Affleck détrône Ryan Gosling pour l’Oscar du meilleur acteur

L’acteur américain Casey Affleck a remporté son premier Oscar pour son interprétation d’un homme brisé par son passé dans «Manchester by the Sea».

Casey Affleck, qui sort ainsi de l’ombre de son frère Ben, était en lice contre Andrew Garfield («Tu ne tueras point»), Ryan Gosling («La La Land»), Viggo Mortensen («Captain Fantastic») et Denzel Washington («Fences»).

«Le client», Oscar du meilleur film en langue étrangère

A 44 ans, le metteur en scène iranien Asghar Farhadi, déjà une légende dans son pays, a remporté son second Oscar du meilleur film étranger pour «Le Client», une récompense qu’il n’est pas venu chercher car il protestait contre le décret migratoire de Donald Trump.

Fin janvier, il avait décidé de ne pas se rendre à la cérémonie de remise des prix, dénonçant les restrictions d’entrée aux Etats-Unis imposées par le président américain aux ressortissants d’Iran, de Syrie, du Yémen, de Libye, d’Irak et du Soudan.

Le meilleur second rôle pour Mahershala Ali

Mahershala Ali, qui interprète un trafiquant de drogue qui se prend d’affection pour un petit garçon dans «Moonlight», a rendu hommage à ses professeurs qui lui ont appris à se mettre «au service de ces histoires, de ces personnages» lorsqu’il a reçu l’Oscar du meilleur second rôle.

Premier acteur musulman à recevoir un Oscar, Ali, qui joue dans un autre film nommé pour plusieurs statuettes, «Les Figures de l’ombre», a aussi remercié sa femme qui vient d’accoucher de leur premier enfant «il y a quatre jours».

L’Oscar du meilleur second rôle féminin pour Viola Davis

Cet Oscar récompense sa performance d’épouse bafouée dans «Fences». Viola Davis, qui était la première actrice noire nommée trois fois pour les Oscars, était en lice contre Naomie Harris («Moonlight»), Nicole Kidman («Lion»), Octavia Spencer («Les Figures de l’ombre») et Michelle Williams («Manchester by the Sea»).

L’Oscar du meilleur film d’animation pour «Zootopia»

«Ma Vie de Courgette» du Valaisan Claude Barras n’a pas remporté l’Oscar du meilleur film d’animation. Le prix est revenu à «Zootopia», le bestiaire du géant américain du divertissement Disney, qui enlève sa cinquième statuette d’affilée.

Lire aussi: Claude Barras: «Avec «Courgette», on a déjà atteint le sommet de l’Everest»

L’œuvre de Claude Barras avait décroché vendredi à Paris le César du meilleur long-métrage d’animation et celui de la meilleure adaptation.

«O.J.: Made in America», Oscar du meilleur documentaire

Le film consacré au héros déchu du football américain O.J. Simpson, «O.J.: Made in America», a reçu l’Oscar du meilleur documentaire.

Atypique par son format (7h47 au total), ce documentaire a été scindé en cinq épisodes et a été commandé par la chaîne sportive ESPN (filiale du groupe Disney), dans le cadre de sa série documentaire «30 for 30». Le film se penche sur le destin hors norme d’Orenthal James «O.J.» Simpson, devenu célèbre pour ses exploits sous le maillot des Buffalo Bills, équipe de la ligue professionnelle nord-américaine de football américain NFL.