C’est donc reparti: dans un contexte de pandémie globale, d’explosion des ventes en ligne et de difficultés à voyager sans courir le risque d’une quarantaine, Art Basel ouvre aujourd’hui ses portes au grand public sous une forme hybride, entre réel – plus de 270 galeries représentées – et virtuel, tant les incertitudes sanitaires de ces vingt derniers mois auront poussé les marchands d’art à renforcer durablement leur présence numérique.